Cameroun: 8 films camerounais dans la sélection du Fespaco 2017

0
83

Le long métrage « Life Point » d’Achille Brice est en lice pour décrocher l’Etalon d’or. Tandis que les 7 autres films se bousculent dans d’autres catégories.

Le cœur du cinéma africain va battre ce samedi 25 février à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, le pays des hommes intègres. Mais il battra tout de même aussi au Cameroun grâce à la participation de huit cinéastes sélectionnés pour défendre le vert-rouge-jaune à la 23ème édition du Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (Fespaco), placée sur le thème « Cinéma africain et politiques publiques en Afrique ». « Life Point », le long métrage d’Achille Brice frappe aux portes de l’Etalon d’or, la plus grande distinction du Festival. « Le Patriote » de Jean-Marc Anda est quant à lui est à la conquête de la couronne du Meilleur Film des Ecoles africaines de cinéma. « Ceux qui osent » de Dieudonné Alaka et « Djambar, Sembène l’insoumis » d’Eric Mbappe Bodoule Sosso sont les deux documentaires en compétition officielle. Tandis que « Aïssa » de Jean Roke Patoudem, « La Guerre des biens » de Jean De Dieu Tchegnebe, « Péripétie » de Rémi Atangana et « Samba » d’Enah Johnscott convoitent tous les quatre le Prix de la Meilleure Série Télévisuelle. Pendant huit jours, le million de spectateurs attendus dans les salles de cinéma ouagalaises apprécieront les 101 films de 35 pays. La fête commencera au Stade du 4 Août, le grand stade de la ville, avec un spectacle de danse de la compagnie burkinabè Salia Ni Seydou, un concert du groupe nigérian à succès Flavour et des feux d’artifices. Les Ivoiriens de Magic System clôtureront en musique les festivités le 2 mars. Comme depuis sa création en 1969, de grands noms du 7ème art répondront présents durant la semaine. C’est le cas d’Alain Gomis (Sénégal), Abderrahmane Sissako (Mauritanie), Mahamat Saleh Haroun (Tchad) et Nabil Ayouch (Maroc). Sur les 750 œuvres reçues par les organisateurs, 170 seront projetées, soit 101 films en compétition dans diverses différentes catégories. Dans la section long-métrage, vingt films brigueront l’Etalon d’or de Yennenga, la récompense reine. Pour cette prestigieuse catégorie, le jury sera présidé par la Française Euzhan Palcy, figure du cinéma de la diaspora et réalisatrice martiniquaise de « Rue Case-nègre » et « Une saison blanche et sèche ». Cette année, le Fespaco a bien voulu accorder une place prépondérante à la femme. Pour ce faire, le jury aexceptionnellement été confié aux actrices de cinéma. Euzhan Palcy, auteur de « Célébrer la femme africaine » ne sera pas la seule dans cet exercice. Elle sera accompagnée d’autres noms ayant laissé des empruntes sur la scène.

©Le quotidien de l’économie : Christelle Belibi

Facebook Comments