Cameroun-Italie: Les fruits de la coopération à l’Est

0
142
TCL TV

 

Accompagnée de plusieurs membres du gouvernement dont le Minepat, Samuela Isopi s’assure de l’effectivité des travaux financés dans la région.

Ferveur populaire à Diang (région de l’Est). Mardi 21 février 2017, il est un peu plus de 19h à l’école publique de Gouekong dans l’arrondissement de Diang, département du Lom-et-Djerem. Des centaines d’élèves, encore en tenues de classe sont présents. Ainsi que leurs parents et de nombreux enseignants. La visite de Louis-Paul Motaze, ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Alim Garga Hayatou, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Santé et Samuela Isopi, ambassadrice d’Italie au Cameroun ne dure que quelques minutes. Mais la joie des populations est immense. « Gouekong est reconnaissante au gouvernement camerounais d’avoir mobilisé les moyens pour la construction et l’équipement de ce bâtiment », exulte le maire de Diang, Alain Wilfried Menganas.
Même atmosphère quelques heures plutôt à Doumé où la délégation ministérielle a fait escale pour inaugurer le centre-mère et enfant au sein de l’hôpital de district et visiter les deux salles de classes équipées à l’école publique bilingue de la ville. Que dire alors de l’accueil chaleureux réservé à ces hautes personnalités à Bazzama (arrondissement de Manjou, département du Lom-et-Djerem, hier mercredi 22 février, pour une réception également de nouvelles salles de classe. Points communs de tous ces événements : « la pertinence et l’excellence de la coopération italienne qui met un accent particulier sur l’éducation de base, la santé et le développement rural », estime Son Excellence Samuela Isopi. Pour les ouvrages visités, la diplomate a commenté : « Il reste au ministère de l’Economie d’accomplir les autres diligences nécessaires au fur et à mesure que les infrastructures que nous avons réalisées ensemble seront fonctionnelles. Un bâtiment reste un bâtiment, des murs restent des murs s’il n’y a pas des gens à l’intérieur. Nous espérons aussi que les populations vont s’approprier ces infrastructures qui sont avant tout des infrastructures camerounaises. C’est aux communautés de les garder, de les entretenir et les soigner ».
Ainsi, onze mois après la visite au Cameroun de Sergio Mattarella, président de la République italienne, l’on vit la concrétisation des accords signés avec le président Paul Biya. Notamment, le Document Cadre pour l’utilisation des ressources issues de l’annulation de la dette du Cameroun envers l’Italie. C’est dans ce cadre qu’ont été réalisées toutes les constructions que visitent Samuela Isopi et les membres du gouvernement à l’Est. Ils mettent le cap dès ce 23 février sur l’Adamaoua.

Réactions

Louis-Paul Motaze: « Ces infrastructures seront fonctionnelles»

Minepat.

«Nous fêtons à travers ces différentes visites, l’excellence des relations entre l’Italie et le Cameroun. Il y a moins d’un an, le président italien était au Cameroun. Il y a une semaine, un ministre italien est venu présider un forum économique entre hommes d’affaires italiens et camerounais. Ici donc à l’Est, nous sommes engagés à rendre ces infrastructures pleinement fonctionnelles. Je viens de signer une délégation de crédit d’un montant de 50 millions de F pour qu’on commence à équiper, par exemple, le pavillon-mère et enfant de Doumé.»

S.E Samuela Isopi: « Les travaux sont réalisés normalement»

Ambassadrice d’Italie au Cameroun.

« L’Italie a remis au Cameroun une dette globale de 150 millions d’euros, environ 98 milliards de F en 2010. Mais nous avons convenu de ce que le gouvernement du Cameroun va utiliser 30% de ce montant pour les projets de développement. Nous sommes ici dans le cadre du deuxième programme d’un montant de 13 millions d’euros dont 9 millions d’euros sont destinés aux régions de l’Est, de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-Nord, exclusivement pour réaliser des infrastructures sociales. Les travaux sont réalisés normalement. Maintenant, il faut passer à une autre étape. C’est-à-dire l’affectation du personnel et les équipements.

©Cameroon Tribune :

Facebook Comments