DOUALA – FESTIVAL FOMARIC : «Il y a eu zéro mort !»

0
29

Faisant suite à l’incident survenu sur le site de cette grande foire de la ville de Douala le week-end dernier, la communication du festival a rassuré.

Dans la nuit de samedi à dimanche, pendant que la Foire musicale, artistique, industrielle et commerciale offrait à ses visiteurs les instants de sa splendeur au cœur de la capitale économique Douala au lieudit CAMTEL BEPANDA, un incident s’est invité en calmant brusquement les palpitations ardentes de la belle nuit aux allures d’un réveillon noël : une tour du manège du haut de plusieurs mètres s’effondre.

Sur la toile, la guerre des chiffres et des tendances ne s’est pas abstenue. Les incontournables réseaux sociaux ont récupéré l’affaire chacun dressant un bilan favorable aux humeurs et objectifs de son publicateur. Si pour les uns, l’incident a eu simplement plusieurs morts, d’autres se veulent plus précis en dressant un bilan faisant état qui de 5 morts, qui de deux morts et plusieurs blessés.

Loin de toutes ces tendances envenimées par les réseaux sociaux, une sortie du responsable de la communication du festival qui en est à sa 24eme édition cette année a permis de débarbouiller le flou autour de l’incident. « Sur la tour il y avait neuf personnes au moment de l’incident » a-t-il précisé avant noter que « sur les neuf, il y a eu deux blessés, lesquels ont été rapidement évacués dans les institutions hospitalières de la place dans lesquelles personne n’a d’ailleurs passé nuit ». Comme quoi, la vie des victimes ne souffre à ce jour d’aucun danger.

Toutefois, un manque d’attention de la part du personnel en charge de mettre en marche la machine a été récusé par le chargé de communication du festival. Selon ce dernier, l’incident aurait pour cause, un déséquilibre qui n’a pas été constaté à temps.

Même si l’on peut se réjouir de ce que l’incident n’a fait aucun mort, il va sans dire que la prudence et la vigilance doivent rester de mise dans toutes les occasions qui drainent les foules dans notre pays qui, dans un contexte sécuritaire très querellé, n’a pas encore oublié le drame d’Esaka.

© Actu Plus : OLBIF

Facebook Comments