Cameroun – Insécurité alimentaire: la région de l’Extrême-Nord toujours sous la menace

0
288
TCL TV

La revue stratégique de la sécurité alimentaire et de la nutrition publiée par le Pam révèle que 35% des personnes y vivant sont touchées par le phénomène

Au Cameroun, la région de l’Extrême-Nord demeure sous la menace de l’insécurité alimentaire. Selon la revue stratégique de la sécuritaire alimentaire et de la nutrition présentée le 15 mars dernier par le Programme alimentaire mondial (Pam), 35% de la population de cette région serait affectée par ce phénomène.

L’Extrême-Nord est, selon ladite revue, la région où sévit le plus l’insécurité alimentaire. Elle est suivie du Littoral (4%), du Centre (3%), du Nord-Ouest (2%) et du Sud-Ouest (0,7%). Ce qui porte à 9% le pourcentage de Camerounais affectés.

En 2015 déjà, la région était considérée, par le Programme national de sécurité alimentaire (PNSA), qui dépend du ministère en charge de l’Agriculture, comme la région la plus exposée à l’insécurité alimentaire. Dans un rapport intitulé «Evaluation de la sécurité alimentaire dans les régions de l’Est, Adamaoua, Nord et Extrême-Nord», le PNSA indiquait que la région de l’Extrême-Nord avait une population chiffrée à 3 993 007 habitants, dont 202 544 victimes d’une insécurité alimentaire sévère et 1 215 263 la vivant de manière modérée. Ce qui portait à 35,5% la fraction de la population affectée à cette période.

Les fortes pluviométries qui y causent des inondations, la sécheresse et l’infertilité des sols sont les facteurs qui favorisent cette situation. De plus, l’Extrême-Nord est sujet à une insécurité qu’entretient la secte terroriste Boko Haram.

Les attaques de Boko Haram avaient contraint de nombreuses familles d’agriculteurs et d’éleveurs à abandonner foyers et villages pour se réfugier dans des villages éloignés de la frontière Cameroun-Nigéria. Ce qui a pour conséquence l’abandon des champs, par ricochet la diminution de la production agricole, ainsi que des troupeaux qui sont ravis par les membres de la secte.

Journal du Cameroun

Facebook Comments