CAMEROUN: Messanga Nyamding : « Le RDPC est dirigé par les franc-maçons et les pédés »

0
162

(ACTU-PLUS) – Invité sur le plateau de « L’Arène » de Canal 2 international pour parler du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) en prélude au 24è anniversaire qu’il célèbre le 24 mars prochain, le membre du comité central du parti au pouvoir a aligné des déclarations fracassantes.


« Le président Paul Biya est pris en otage »
, a fait savoir le Responsable du Département de l’intégration et de la coopération au développement à l’Institut des Relations Internationales (IRIC) Pascal Messanga Nyamding, sous sa casquette de membre du comité Central du RDPC, parti au pouvoir. C’est ce qui explique selon lui, de nombreux manquements et problèmes dont souffrent les camerounais.

Il s’agit entre autres du mauvais état de nos routes, du niveau de vie déplorable des populations de l’arrière-pays, de la précarité de la santé, de l’abandon de la diaspora, a égrainé notre universitaire. Le Président Paul BIYA, a-t-il reconnu par la suite, est un homme exceptionnel. C’est pourquoi, quoique n’étant pas éternel, reste celui qui doit diriger le Pays pour sa vision politique. L’homme qui se réclame « biyaïste » estime qu’au sein de son parti, il y a eu infiltration des « groupuscules mafieux ». « Le RDPC est dirigé par les franc-façons et les pédés », a-t-il lâché avant d’ajouter que : « le RDPC est à l’heure de la destruction du « biyaïsme » et des vrais militants ». Le rdpciste du comité Central qui estime être de la génération sacrifiée clame que si rien n’est fait, il est clair que son parti ne survivra pas à Paul BIYA. Il a d’ailleurs fait savoir « solennellement » que si le Président de la République venait à ne plus se représenter aux présidentielles de 2018, il sera candidat.

Pascal Messanga Nyamding, fait partie de cette génération de jeunes intellectuels au Cameroun qui sont connus par l’opinion pour leurs positions iconoclastes. Une tendance critique dans laquelle on peut ranger le Pr. Eric Mathias Owona Nguini, Cabral Libii et, jadis, feu l’universitaire Charles Ateba Eyene.

ACTU-PLUS.CM : Franck Olivier BIYA

Facebook Comments