Cameroun : Reniss revisite les classiques

0
24

La jeune chanteuse a repris des chansons comme « Pata Pata », « Sodade » ou encore « Okaman »

Dans son nouvel EP (format musical plus long que celui du single mais plus court qu’un album), la chanteuse s’attaque à des classiques de la musique africaine. Avec grâce, Reniss reprend des voix féminines africaines entendues à travers les continents. On redécouvre « Zelie » de la diva togolaise des années 60. L’interprète de « La sauce », chanson la plus populaire de ce début d’année, rentre également dans la peau de Bebe Manga, de regrettée mémoire, pour servir un « Mota Benama » parfaitement bien articulé. Sans forcing, la protégée de Jovi refait aussi « Okaman » de l’ivoirienne Monique Séka. Son « Pata Pata », repris avec justesse, rend un vibrant hommage à la sud-africaine Myriam Makeba, tout en restituant le joie et la légèreté du moment. Le plus gros défi pour la jeune artiste a sans doute été de se fondre dans la morna de « Sodade », célèbre chanson de la cap-verdienne Cesaria Evora. Reniss raconte alors à sa manière, sans fioritures ni trémolo, l’intense mélancolie décrite par cette balade chantée en créole cap-verdien.

Reniss n’a pas cherché à réinventer les chansons de ces grandes voix africaines, ni à réaliser des prouesses vocales . Elle rend hommage à ces femmes. Tout simplement. C’est d’ailleurs pour cette raison que la sortie de cet EP a eu lieu le 08 mars dernier. Mais, il faut y voir un message à ses fans. L’interprète de « La sauce » dévoile ses sensibilités, dessine ses ambitions et, peut-être, revendique ainsi sa véritable identité artistique. En tout cas, à travers ces reprises, la jeune chanteuse confirme son côté polyglotte et polyvalent. Elle peut tout chanter. Il sera désormais difficile de lui coller une étiquette.

Source

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.