MENGANG BEKONO: «Ces téléphones vendus dans la rue posent un véritable problème»

0
62

Le Directeur technique de l’Agence de régulation des télécommunications s’explique dans une interview publiée par Cameroon Tribune, après une mise en demeure de 27 entreprises exerçant dans la vente de matériels de télécommunication pour défaut d’agrément et d’équipements homologués.

L’Art vient de mettre en demeure une trentaine d’entreprises de télécommunications pour absence d’agrément et d’homologation, de quoi s’agit-il ?

L’activité de ventes de matériels de télécommunications au Cameroun est régie par un arrêté du ministère des Postes et Télécommunications du 17 avril 2013 fixant les modalités d’obtention de l’agrément d’installateur des équipements et infrastructures et de vendeurs de matériels des communications électroniques. Un autre article fixe les modalités d’homologation de ces équipements terminaux des communications électroniques et prend en compte les exigences essentielles devant être respectées par les terminaux. Il est reproché à ces entreprises l’absence d’homologation et d’agrément, ce qui est contraire au cahier de charges qui comporte un certain nombre d’obligations. Il y a eu des opérations de contrôles sur l’étendue du territoire au troisième trimestre 2016, à l’issue de ces opérations, on s’est rendu compte que certaines de ces entreprises n’étaient pas en règle. Des procès-verbaux ont été établis et ont donné lieu aux mises en demeure.

Il y a des milliers de téléphones vendus dans la rue et dont on ignore même l’origine, comment sont-ils contrôlés?

Ces téléphones vendus dans la rue posent un véritable problème. Certaines personnes ramènent des téléphones dans leurs sacs de leurs multiples voyages et les vendent. Ces appareils échappent au circuit normal de vérification. C’est pourquoi nous recommandons aux consommateurs d’éviter autant que faire se peut d’acheter ces portables qui n’ont pas été homologués. On trouve également des téléphones contrefaits pourtant, chaque appareil à un code unique, c’est l’IMEI. C’est son identifiant. Mais, il s’est avéré que ceux qui font des fabrications parallèles ne peuvent pas avoir la capacité de produire ces codes, ils copient donc les codes des téléphones existant. Cela fausse même les données en cas de recherche d’une personne ayant commis une infraction.

Quelles sont les effets que peuvent provoquer les appareils non-homologués sur l’environnement ?

Il y a un certain nombre d’exigences que le matériel vendu ou qui doit être fixé au réseau de communication doit respecter. Ces exigences contribuent à la protection des consommateurs, elles participent également à la maitrise du marché intérieur. Parce que lorsqu’on connait le matériel qui entre chez nous, on maitrise mieux notre marché. Ces exigences portent également sur la sécurité des usagers, la protection du réseau public de communication électronique contre tout dommage. Sans compter les limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques et de rayons ionisants. Il y a un texte qui précise le niveau de rayonnement de tout appareil qui doit être utilisé au Cameroun.

©Actu Plus avec ©Cameroon Tribune

Facebook Comments