Bruxelles gate : L’heure des responsabilités à établir

0
100

Le comité d’urgence de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) s’est tenu hier au siège de ladite association sous la houlette de son président, Sidiki Tombi à Roko. Les travaux se sont déroulés à huis clos et portaient exclusivement sur les évènements survenus lors du match amical Cameroun ≠ Guinée du 28 mars dernier à Bruxelles (Belgique).

Un point de presse n’a pas sanctionné cette rencontre, qui précédait celle de ce jour. Toujours est-il qu’il était question d’établir les responsabilités des uns et des autres dans cet incident qui a écorné l’image des Lions indomptables. Fraîchement sacrés champions d’Afrique ! L’accès au restaurant du Parker Hôtel de Bruxelles leur a été refusé à l’heure du déjeuner, à quelques heures du match, pour non paiement par le Cameroun de cette prestation.

L’article 13 relatif aux droits des joueurs et des encadreurs du décret n°2014/384 du 26 septembre 2014 portant organisation et fonctionnement des sélections nationales de football stipule que ceux-ci ont droit à la restauration. Qui est donc responsable de cet embargo des responsables de l’hôtel ? Le Team Manager ? l’Officier de sécurité ? le coordonnateur des sélections nationales ? l’agent des matches amicaux, Joe Kamga ? le contrôleur financier ?

Une situation qui a certainement été la goutte d’eau qui a débordé le vase, au regard des dénonciations du sélectionneur national Hugo Broos, après le match. Quand un entraîneur national sort de sa réserve et décrie tous ces dysfonctionnements, est-il toujours dans les dispositions de poursuivre l’aventure ? A-t-il décidé de tourner la page Lions indomptables ?

Toujours est-il que de source digne de foi, Hugo Broos est en négociation avancée avec la Fédération ghanéenne de football, qui lui offre le double, voire le triple du salaire qui lui est donné au Cameroun. Il a également passé un entretien via Skype. S’il faut le retenir, qu’est-ce qui lui sera proposé ?

Quid d’Ambroise Oyongo Bitolo, qui a indiqué avoir été abandonné à Bruxelles. Sera-t-il sanctionné ? pour combien de temps ? Ou alors, connaîtra-t-il le même sort que Daniel Ngom Kome et Albert Meyong Ze, qui n’ont plus jamais été appelés au sein des Lions indomptables, après leur escapade dans une discothèque à Malabo (Guinée Equatoriale), en octobre 2007.

A l’issue de la réunion de crise qui se tiendra aujourd’hui au ministère des Sports et de l’Education physique sous la houlette de son chef de département, Bidoung Mkpatt, on sera fixé sur les responsabilités des uns et des autres dans ce Bruxelles gate.

© Source : Mutations : Priscille G. Moadougou

Facebook Comments