Cameroun: Un déficit de 48 000 enseignants à combler

0
103

Le ministre des Enseignements secondaires, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe a évoqué le sujet lors d’une séance de questions orales aux membres du gouvernement.

Ce déficit criard d’enseignants qui s’étend à toutes les dix régions du Cameroun, touche en particulier la région de l’Extrême-Nord. 48 000 nouveaux enseignants à recruter d’après le ministre des Enseignements secondaires, au moment où des milliers des professeurs des lycées et collèges réclament jusqu’à six mois d’arriérés de salaire, l’équation s’annonce difficile.

Pour pallier ce déficit, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe semble avoir la solution. Il estime qu’il faut recruter sur une période de 10 ans. Cette option est en cours d’expérimentation avec le recrutement de 5000 nouveaux enseignants chaque année, même si le défi de les maintenir tous dans leur ministère d’origine reste encore à relever. En effet, sur les 5000 enseignants que l’Etat recrute par an, plus de la moitié fait l’alchimie de se retrouver d’autres ministères presque rien à voir avec les profiles. Dans un contexte où trouver un emploi relève d’un véritable chemin de croix, les jeunes recrus clament haut que « l’essentiel, c’est d’avoir le matricule ».

D’autres voix déplorent le fait que certains ministères recourent à de cadres dans le corps enseignant pour étoffer leurs effectis. Parmi eux, le Minmap, le Minefop, le Minmidt, le Mintoul, le Minac ou le Minpmeesa. Les journalistes en reportage sont parfois surpris de croiser un professeur des lycées ou un conseiller d’orientation comme chargés de cellule de communication d’un ministère. Les exemples sont légions sans que le rendement ne suit toujours.

Il y a aussi une forte concentration d’enseignants dans les centres urbains comme la ville de Yaoundé où ils sont en surplus de 3000 selon les récentes statistiques du ministère des Enseignements secondaires. Drôle de réalité, un tour dans certains collèges et lycées permet de se rendre compte que deux à trois enseignants de la même discipline se partagent une seule salle de classe. Servir avec loyalisme partout où le devoir nous appelle, il faudra sans doute poursuivre le combat pour atteindre cette maxime qui concerne tous les corps de métiers.

Source: CRTV, Dieudonné Zra

Facebook Comments