Crise anglophone : Des députés Sdf à la prison centrale de Kondengui

0
87

Ils ont rencontré 62 détenus arrêtés dans le cadre des tensions sociales ayant cours dans le Nord-ouest et le Sud-ouest

Des parlementaires du Social democratic front (Sdf) ont rendu visite mercredi aux détenus de la crise anglophone. Ils sont 64 au total, selon le régisseur du centre de détention. Mais, deux d’entre eux n’ont pas pris part à la rencontre. Ce sont Félix Agbor Nkonghor et Mancho BBC, détenus dans des locaux externes à la prison.

Les députés, avec l’autorisation du gouvernement, ont pu rencontrer les individus poursuivis après le déclenchement de la crise anglophone en novembre dernier. Deux d’entre eux seraient dans un état de santé préoccupant. L’un, asthmatique, ne disposerait plus de médicaments, tandis que l’autre, épileptique, serait dans l’incapacité de s’exprimer.

« Mauvaise volonté des dirigeants »

Mais les autres, le Dr Fontem Niba notamment, semblent garder le moral. Celui-ci reste droit dans ses bottes, malgré l’injustice dont il se dit victime depuis son arrestation en janvier dernier. Il s’est confié au reporter du quotidien Le Jour en ces termes : « Il y a tellement de choses à dire dans la crise anglophone qui continue de s’enliser. Vous devez savoir que la crise qui perdure est liée à la mauvaise volonté des dirigeants. Les négociations entre le gouvernement et les syndicats des enseignants anglophones avaient repris de plus belle. Je dois rapidement dire que la grève avait pris une autre tournure. Les populations suivaient de près toutes nos actions ; et il n’était plus possible de les contourner. Lors de la dernière réunion du comité ad hoc, les syndicalistes ont demandé un moment pour se concerter afin de lever le mot d’ordre de grève. Il s’agissait pour nous, de solliciter une trêve pour aller convaincre les populations au vu des avancées. Les membres du gouvernement n’ont pas compris. Ils voulu absolument rentrer signaler au chef de l’Etat que la grève a été levée et nous avons refusé. C’est pour cela que l’Etat est passé à la vitesse supérieure. »

« Riz, sel, savon, etc »

La rencontre de mercredi à la prison centrale de Kondengui était aussi l’occasion pour les parlementaires Sdf d’apporter un soutien matériel à ces détenus, accusés d’actes de terrorisme, de sécession, de révolution, d’insurrection et d’incitation à la guerre civile. Les députés leur ont alors remis des dons essentiellement constitués de riz, de sel, de tapioca, entre autres, et promis de donner des nouvelles à leurs familles.

Pour l’honorable Mbah Ndam, les 64 détenus de la crise anglophone ont été déportés dans des conditions illégitimes.


Source: journalducameroun.com

Facebook Comments