Cameroun – Baccalauréat général: les premières épreuves

0
462
TCL TV

Dans l’ensemble des centres du territoire national, l’examen a commencé dans la sérénité pour les 104 286 candidats en lice.

Un candidat débarque sur une moto au lycée de N k o l n d o n g o (Yaoundé). Il est alors 7h40. Il est d’un calme légendaire au moment où les surveillants qui filtrent l’entrée se précipitent à le débarrasser de son pull-over. Le jeune homme, placide, avance vers sa salle d’examen. Les autres candidats sont installés depuis quelque temps. L’appel pour la vérification des identités a déjà eu lieu. Du secrétariat d’examen sortent des paquets vers les salles. 7h50 au lycée d’Anguissa, un autre candidat arrive, dix minutes seulement avant le lancement des épreuves. Le comité d’accueil observe que ses vieux stylos ne rassurent pas pour un jour comme celui- là. « Retrouve vite ta salle. Tu n’as plus assez de temps ! », ordonne la surveillante, un peu déçue par ce matériel de travail. Devant le secrétariat de l’examen, Siegfried Ndjeng s’est annoncé. Responsable d’un cours du soir de la place, il est venu avec deux récépissés d’inscription de ses candidats qui ont oublié de les retirer. Les examinateurs s’engagent à les transmettre aux concernés déjà installés. Gisèle Hortense Essomba, le chef de centre a déjà fait l’essentiel. La vérification de l’étanchéité des épreuves vient d’avoir lieu devant les candidats. Cinq minutes avant 8h, les sujets sont distribués, mais retournés sur les tables. La concentration est au maximum : certains visages sont crispés d’autres sont plutôt décontractés. Une sirène retentissante rompt le silence. C’est l’heure H.

Jean Pierre Voundi Abondo, chef de centre du lycée de Nkolndongo contrôle de temps en temps son enceinte à partir d’un poste de vidéo surveillance installé à son bureau. Après un échange avec Fadanka Enisa, son chef de secrétariat, il lance vers 8h30 : « Tout va bien. Pas d’incident, pas de retard, mais quelques absences pour ce premier jour». Ils étaient 104 286 candidats sur l’ensemble du territoire à affronter les épreuves du baccalauréat.

Cameroon-tribune

Facebook Comments