Cameroun – Production et transformation de poulets:un complexe industriel en chantier

0
139
USINE TRANSFORMATION DU POULET
USINE TRANSFORMATION DU POULET

Le ministre en charge de l’Economie, Louis Paul Motaze, a procédé à la pose de la première pierre de cette usine vendredi à Dzeng.

Deux milliards de F. C’est le montant alloué par l’Etat pour la construction d’un complexe intégré de production et de transformation de poulets de chair à Dzeng dans le département du Nyong et So’o, région du Centre. De façon spécifique, le projet entend produire 300 000 poulets de chair et près de 10800 alvéoles d’œufs annuellement. Le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), Louis Paul Motaze, accompagné de quelques membres du gouvernement, a procédé à la pose de la première pierre de ce chantier vendredi à Dzeng. Dans la suite du Minepat également, des hommes d’affaires italiens partenaires de ce projet réalisable en trois phases et sur une superficie de 15 hectares.

Louis Paul Motaze, Pose de la première pierre
Le ministre en charge de l’Economie, Louis Paul Motaze, procède à la pose de la première pierre d’une usine de production et de transformation du poulet à Dzeng vendredi le 28.04.2017

Sur le plan économique, le projet va contribuer à l’augmentation du produit intérieur brut (PIB) à travers l’exportation de ses produits dans les villes du pays et même dans la sous-région. Pour ce qui est du social, le complexe compte créer des emplois durables à plein temps et aussi contribuer à l’atteinte de la sécurité alimentaire.

Il est aussi question de favoriser l’intégration entre l’agriculture et l’élevage. C’est pourquoi la mairie de Dzeng va appuyer ce projet avec la production de 5000 poulets. Il s’agit également d’intégrer des projets agricoles pour produire matières premières et aliments pour cette volaille. Et pour que tout ceci soit une réussite, Louis Paul Motaze a donné quelques conseils pratiques au promoteur, Emmanuel Nnemde, ainsi qu’aux populations. Il a tout d’abord précisé qu’il fallait être « extrêmement vigilant » sur ces fonds publics affectés par l’Etat pour la mise en œuvre de ce projet. A ce titre, il a souligné que le financement sera alloué par phases. Le Minepat a également souhaité que l’usine, une fois fonctionnelle, ne souffre pas du déficit d’approvisionnement en matières premières. Autre recommandation adressée au promoteur, se rapprocher des services vétérinaires afin d’éviter les maladies animales. Un accent devrait être mis sur le marché et la compétitivité du prix. Pour ce qui est du partenariat, Rolando Rosetti, vice-président de la Chambre italienne de Commerce, a précisé que son pays compte fournir des équipements pour la production et la transformation ; apporter son expertise sur l’abattage, le traitement de la viande.

Source: Cameroon-tribune

Facebook Comments