Cameroun: Un militaire tué dans un bar

0
24

Samedi, 29 avril dernier, le sergent René Paul Ndjock, du 42ème Bataillon d’infanterie motorisée, détaché au secteur n°1 de la Force multinationale mixte (Fmm) a été tué à Mora. Il a succombé en cours d’évacuation à Maroua

.

Les blessures qu’il avait reçues après une altercation avec d’autres militaires camerounais dans une buvette, ne lui ont laissé aucune chance de survivre. Ses camarades et lui étaient plusieurs dizaines à se retrouver à « Bamenda bar ».

C’était à plus de 22h. L’arrêté préfectoral qui restreint les heures d’ouverture des commerces au-delà de 20 h n’était visiblement pas respecté. Le sergent Ndjock,était un militaire très populaire à Mora. L’on ne sait pas pourquoi la bagarre a eu lieu mais, toujours est-il que dans l’altercation, il a été poignardé par un tesson de bouteille.

L’incident a ameuté les populations. Un militaire a tiré des coups de feu en l’air pour disperser la foule. Les témoins de la bagarre en ont profité pour s’égayer dans la nature.

Ce n’est pas le premier incident violent dans lequel un militaire est impliqué à Mora.

La petite ville, qui ne comptait que de petits bâtiments militaires avant 2014 a dû accueillir des milliers de militaires. Ils ont été logés dans des casernements de fortune.

Aucune infrastructure de détente après les combats n’a encore été construite. Il n’existe pas de foyers, d’aires de jeu ou autres quelconques espaces de loisirs.

Les militaires pour dissoudre le stress et faire baisser la montée d’adrénaline des combats aiment à se distraire dans les buvettes.  » Bamenda bar « , est une de leurs préférées.

© Le Jour : A.S

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.