Cameroun : vers un 3ème procès contre Charles Metouck, l’ex-DG de la Sonara, mis en cause cette fois-ci avec le PCA, Jonh Ebong Ngolé

0
148
L’ex-DG de la Sonara

(Investir au Cameroun) – Le 11 mai 2017, le Tribunal criminel spécial (TCS), juridiction d’exception mise en place pour juger les prévaricateurs de la fortune publique au Cameroun, a rendu une nouvelle ordonnance de renvoi et de non-lieu partiel dans l’affaire Etat du Cameroun contre Charles Metouck (photo), ancien DG de la Société nationale de raffinage (Sonara) et ses coaccusés.

Dans cette nouvelle affaire, l’ex-DG de la Sonara, qui purge déjà deux peines de prison de 9 et 15 ans, est accusé, avec certains de ses anciens collaborateurs, et surtout le PCA de cette entreprise publique, John Ebong Ngolé, de détournements présumés d’une somme de plus de 60 milliards de francs Cfa, révèlent nos sources. La première audience de ce nouveau procès devrait avoir lieu dans les prochaines semaines.

L’affaire fait suite à une exploitation par la justice camerounaise d’un rapport du Contrôle supérieur de l’Etat, daté de 2010, épinglant Charles Metouck, et dont un premier volet avait conduit à sa condamnation, le 21 octobre 2015 à Yaoundé, à une peine d’emprisonnement de 15 ans, pour détournement de deniers publics d’un montant de plus de 500 millions de francs Cfa.

Le second dossier, dont le TCS vient de clôturer la phase d’instruction, impliquait, non seulement Charles Metouck, mais aussi, entre autres personnalités, John Ebong Ngolé, PCA de la Sonara, l’expert en fiscalité pétrolière Albert Léonard Dikoumé, ou encore Ibrahim Talba Malla, l’actuel DG de la Sonara et DG de la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (Csph) à l’époque des faits.

D’après l’ordonnance de renvoi et de non-lieu partiel du Tcs, datée du 11 mai 2017, les deux derniers responsables cités bénéficient d’un «non-lieu» pour «insuffisance des charges» contre eux. Ibrahim Talba Malla, qui bénéficie de cet élargissement du juge d’instruction du Tcs siégeait au Conseil d’administration de la Sonara à l’époque des faits, en sa qualité de DG de la Csph. Il était soupçonné dans le cadre de cette affaire, en compagnie d’autres membres du Conseil, d’avoir indûment perçu des frais de carburant pour assister aux différentes sessions, au cours de la période 2007-2010.

Quant à John Ebong Ngolé, toujours PCA de la Sonara, et Charles Metouck, l’ancien DG de l’unique raffinerie de pétrole du Cameroun, et les coaccusés que sont Edinguele Edinguele Jean Joule, Moue Mbeleck Michel, Yenwo Molo Godfrey et Nkengne Véronique, ils voient des «charges suffisantes» réunies contre eux, «à titre personnel et en coaction», pour un détournement présumé d’une somme de plus de 60 milliards de francs Cfa.

Dans les prochaines semaines, Charles Metouck, qui a dirigé la Sonara pendant 11 ans, devrait donc affronter un 3ème procès. Depuis le 23 avril 2013, il purge une peine de 9 ans d’emprisonnement pour destruction de documents. Quelques mois plus tôt, il avait été surpris dans son bureau, trois jours après son limogeage, en train de détruire certains documents, avaient conclu les juges dans la première affaire Metouck.

Non seulement ce dernier a toujours nié avoir détruit des documents de l’entreprise, mais il avait aussi présenté un document signé du PCA de la Sonara, John Ebong Ngolé, qui l’avait expressément autorisé à rentrer dans son ancien bureau le jour de l’incident, pour une séance de travail avec son remplaçant, Ibrahim Talba Malla.

Incarcéré à la prison centrale de Buéa depuis lors, Charles Metouck avait été transféré à la prison centrale de Yaoundé le 8 mai 2013, suite à sa convocation au Tcs. Cette juridiction s’était alors saisie des accusations portées contre M. Metouck dans un rapport du Contrôle supérieur de l’Etat sur la gestion de la Sonara.

Rendu public en février 2013, ce rapport accuse l’ancien DG de la Sonara d’avoir causé un préjudice financier de 26 milliards de francs Cfa à la raffinerie camerounaise, à travers 20 fautes de gestion. Pour ces faits, M. Metouck avait été déchu des droits à diriger une entreprise ou service public camerounais pendant 7 ans.

La sentence de 15 ans de prison, prononcée le 21 octobre 2015 à l’encontre de M. Metouck par le Tcs, ne se rapportait qu’à une partie de ce dossier, dont la 2ème phase a été bouclée en mai dernier, épinglant une fois de plus Charles Metouck, qui cette fois-ci se retrouvera dans le box des accusés avec le PCA de la Sonara.

Brice R. Mbodiam

Facebook Comments