Communication: Yaoundé et Bangui se donnent la main

0
72

Le ministre centrafricain de la Communication Charles Paul Lemasset et sa suite ont été reçus hier par son homologue camerounais Issa Tchiroma Bakary.

Ce qui a frappé hier au cours de l’audience que Issa Tchiroma Bakary a accordée à son homologue de la République centrafricaine, c’est la composition des délégations des deux hôtes. Charles Paul Lemasset est accompagné de Joêl Nkoumo, conseiller du Premier ministre centrafricain en matière d’investissement, Geoffray Noël Tagba, chargé de mission à la primature, Jésus Tarcille Bomongo, directeur général de la radio, Simon Pierre Ndoubo-dit-Beret, directeur général de la presse. Le Mincom, lui, est entouré de Marie Claire Nnana, directeur général de la Société de Presse et d’Editions du Cameroun, Charles Ndongo, DG de la CRTV, Alice Nga Minkala, directeur adjoint de l’Ecole supérieure des Sciences et techniques de l’information et de la communication (ESSTIC), Félix Zogo, Inspecteur général au MINCOM.

Avec eux, d’autres patrons de médias, dont Jean Pierre Amougou Belinga, PDG du groupe L’Anecdote. Une visite de courtoisie, certes, mais une opportunité de travail et d’échanges avec les acteurs de la presse camerounaise. « Notre pays sort de loin… Tout a presque été dévasté par la guerre. Tout est à reconstruire. Nous avons besoin d’expertise dans presque tous les domaines. Cette expertise, nous pouvons l’avoir auprès de nous. La stabilité du Cameroun est déjà un atout pour la RCA. Au lieu d’aller vers d’autres horizons, nous avons jugé utile de rester entre frères. C’est l’objet de notre visite au Cameroun. Nous venons explorer les opportunités de partenariat dans le secteur de la communication », a expliqué Charles Paul Lemasset. L’état des besoins de la RCA a été exprimé : rehausser le niveau de ses journalistes, valoriser le service public du pays. Et pour cela, la main est tendue au Cameroun, qui a une longueur d’avance. En guise de réponse, Issa Tchiroma Bakary a montré ses dispositions à saisir la main tendue. « La RCA doit recommencer la construction de son pays à zéro. Et dans le segment de la communication, nous sommes prêts à apporter notre modeste soutien. Il est question d’examiner leurs besoins et de trouver ensemble la réponse qu’on peut donner à partir du Cameroun », a-t- il dit, en substance.

Cameroon-tribune

Facebook Comments