E-commerce en Afrique centrale: Douala au carrefour

0
22

Les infrastructures portuaire et aéroportuaire, atouts pour le Cameroun, visités hier par le Dg de l’Union postale universelle et le MINPOSTEL en vue du projet Ecom@Africa.

Faire du Cameroun un pays numérique. Une vision du gouvernement en matière d’économie digitale, partagée par l’Union postale universelle (UPU). Une convergence sur laquelle va s’appuyer la collaboration entre le Cameroun et l’instance internationale, selon son directeur général, Bishar Abdirahman Hussein, pour la mise en place du projet Ecom@Africa au niveau local. Pour rappel, la plateforme Ecom@Africa est un concept qui vise à mettre en oeuvre une stratégie inclusive permettant l’accès des PME et citoyens au commerce en ligne. Ils pourront alors vendre et acheter en s’appuyant sur le réseau postal. Ceci afin d’offrir aux produits africains de la visibilité. Car, « l’Afrique représente seulement 2% du e-commerce mondial, malgré toutes ses potentialités », a regretté le DG de l’UPU, lors d’une réunion tenue le dimanche 21 mai dernier avec les acteurs et facilitateurs de la mise en oeuvre du projet. C’était également la première activité de son séjour en terre camerounaise. Et parlant de potentialités, le Cameroun a été choisi pour être le hub du e-commerce dans la région Afrique centrale. Il est donc question pour le Dg de l’UPU, lors de cette visite de travail, de voir par lui-même quels sont les atouts du pays choisi parmi six Etats pour accueillir le projet Ecom@Africa. Un périple débuté à Douala, porte d’entrée et de sortie du triangle national, cité économique. Sur place, accompagné de Minette Libom Li Likeng, ministre des Postes et Télécommunications, et de Younouss Djibrine, secrétaire général de l’Union panafricaine des postes (UPAP), le Dg de l’UPU est descendu ce 22 mai au port et à l’aéroport de Douala évaluer les infrastructures existantes et leurs potentialités. Il aura par exemple été question de la dématérialisation des procédures au port de Douala, de la plateforme e-force du Guichet unique des opérations du commerce extérieur (Guce).

La descente est expliquée par Minette Libom Li Likeng : « Les zones portuaires et aéroportuaires sont très importantes parce que pour vendre en ligne, il faut bien que les marchandises soient transportées, que ce soit par avion ou par bateau. Nous sommes assez satisfaits parce qu’on trouve que le Cameroun a tout ce qu’il faut pour jouer ce rôle de hub de e-commerce. » Des atouts qui s’ajoutent à d’autres comme la situation géographique et géopolitique du pays, son économie diversifiée, la qualité des ressources humaines, le cadre législatif avec un certain nombre de textes qui régissent le commerce et la communication électroniques, la modernisation des infrastructures de télécommunications, un réseau postal de près de 660 bureaux de poste, etc.

Source: Cameroon-tribune

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.