Est-Cameroun – Moloundou: Deux élèves arrêtés avec des armes de guerre

0
644
TCL TV

Depuis quelques temps, la ville de Moloundou dans la région de l’Est est devenue la plaque tournante des braconniers camerounais et congolais. De ce fait ,les éco-gardes en service au parc national de Lobéké dans l’arrondissement de Moloundou, département de la Boumba-et-Ngoko, ont interpellé le 16 mai 2017, les nommés Arnaud Zékou Bel et Alexis Bépoundé, tous élèves au lycée bilingue de Moloundou.

Ces présumés braconniers, au moment de leur arrestation, étaient en possession d’une arme de guerre de marque kalachnikov AK47, n°7/75006, avec un chargeur garni de onze munitions et quatre pointes d’ivoire révèle le journal Mutations, parution de ce Mercredi 24 Mai 2017 .

Cette interpellation fait suite à une alerte reçue par les éco-gardes en service au parc national de Lobéké. Selon les mêmes sources, les deux élèves âgés d’environ 19 ans sont respectivement en classe de 3ème et de première A4 espagnol.

Leur exploitation par les services du parc a également permis aux écogardes de cette aire protégée d’interpeller, le 17 mai dernier, le cerveau du gang, le nommé Darien Dada, de nationalité congolaise, installé à Boloko, l’un des villages de la République du Congo, frontalier d’avec le Cameroun.

D’après une note d’information adressée à la hiérarchie militaire camerounaise, ce cultivateur âgé de 32 ans est auxiliaire de la police congolaise dans cette zone frontalière. Ce dernier, apprend-on, serait le commissionnaire principal de Urbain Bekola alias «Mayala», un célèbre trafiquant d’armes d’origine congolaise, installé depuis un certain temps à Bélozo, une localité congolaise frontalière d’avec le Cameroun. «C’est un homme spécialisé dans la fourniture d’armes et munitions de guerre» .Lors de son audition, Urbain Bekola alias «Mayala» a avoué «qu’il était commissionné par son «Boss» aux fins de venir remettre trois chargeurs aux élèves du lycée bilingue de Moloundou, les nommés Alexis Bépoundé et Arnaud Zékou Bel, puis récupérer une somme de 470 mille Fcfa». Une enquête est actuellement en cours.

Par Yahaya Idrissou

Facebook Comments