Pour le collectif d’avocats des victimes du drame d’Eséka : « Le rapport reste muet sur les disparus »

0
100

Le collectif des avocats des victimes de la catastrophe ferroviaire d’Eséka a réagit au communiqué de la Présidence du Cameroun sur le rapport d’enquête gouvernementale.

Approché par le Journaliste indépendant Alex Gustave Azébazé, le collectif des avocats des victimes de la catastrophe ferroviaire d’Eséka, affirme que le rapport d’enquête arrive trop tard et est un tremplin pour la justice de trouvé la vérité sur ladite affaire. « Il est bien tard. Mais nous notons que le verrou politique sur le chemin de la quête de la justice par les victimes est levé », déclare le collectif qui pense également que rapport est muet sur le sort des disparus. « Nous allons continuer le 26 prochain à réclamer les corps », ajoutent les avocats.

Le collectif tout de même salut la compassion du Chef de l’Etat pour les victimes avec le déblocage d’un milliard pour dédommager les victimes et les ayant-droits. « Nous apprécions la compassion du chef de l’État pour ses compatriotes blessés qui ont pu culpabiliser d’avoir survécu tant ce sont les familles de mort qui ont été destinataires de l’aide d’urgence », poursuit le collectif.

Toutefois le collectif laisse planer le doute sur la capacité des fonctionnaires à rendre effectif l’aide du président, « Mais nous doutons de la capacité des fonctionnaires a remettre l’aide du Chef de l’État aux concernés », indique le collectif. Dans le même sillage Ils réclament à Camrail un dédommagement intégral. « Nous contestons le système d’indemnisation de Camrail fondé sur la réparation forfaitaire. Nous sollicitons le dédommagement intégral », renchérit-il.

Voici l’intégralité de la réaction du collectif des avocats des victimes.

Il est bien tard. Mais nous notons que le verrou politique sur le chemin de la quête de la justice par les victimes est levé. Nous apprécions la compassion du chef de l'État pour ses compatriotes blessés qui ont pu culpabiliser d'avoir survécu tant ce sont les familles de mort qui ont été destinataires de l'aide d'urgence. Mais nous doutons de la capacité des fonctionnaires a remettre l'aide du Chef de l'État aux concernés. Nous contestons le système d'indemnisation de Camrail fondé sur la réparation forfaitaire. Nous sollicitons le dédommagement intégral. De même le rapport ou ce qui est publié ce soir est muet sur le sort des disparus. Nous allons continuer le 26 prochain a réclamer les corps. Enfin nous disons que Camrail était sous contrat d'assistance technique et financière de l'actionnaire majoritaire depuis Paris. On voit bien les ponctions faites sur les bénéfices avant impôt faites pour rémunérer cette assistance dans les bilans de Camrail. Nous allons demander au Parquet d'étendre les poursuites à ces gens tapis à la maison mère car c'est eux les responsables. Un responsable de Camrail au Cameroun ne peut pas décider sur les dépenses de maintenance.

Lebledparle

Facebook Comments