Rdpc/Nord-ouest: Le Pm admet la nature difficile du terrain politique

0
79

Philémon Yang a présidé le séminaire d’information et d’imprégnation à l’attention des militants du Rdpc dans sa région natale.

« Le Nord-Ouest est un terrain glissant, même en saison sèche » souligne Philémon Yang, président de la délégation permanente régionale du Rdpc pour le Nord-Ouest, à la suite d’une suggestion de l’ex gouverneur Fai Yengo Francis selon laquelle il était nécessaire qu’en dehors du règlement intérieur institué par le Comité central du Rdpc, qu’on mette sur pied un autre règlement intérieur propre aux militants du Nord-ouest. Une sorte de guide pour les militants Rdpc de cette région. Philémon Yang est conscient que la crise sociopolitique actuelle a provoqué un schisme, une démobilisation dans les rangs du parti du flambeau ardent dans la région. Une situation qui peut coûter très cher au parti du renouveau lors des prochaines échéances électorales dans cette région. Le séminaire de vendredi dernier 26 mai 2017, au palais de congrès de Bamenda, deuxième du genre depuis la création de l’académie du Rdpc en 2015 (le premier ayant eu lieu en décembre 2016) avait pour objectif de requinquer le moral des militants dans une région en proie à la crise anglophone.

Organisé par l’académie du parti, la rencontre de Bamenda a permis aux différents intervenants d’inculquer aux militants les textes de base du Rdpc et la stratégie pour gagner les prochaines consultations électorales. Le Pr Elvis Ngolle Ngolle a focalisé son intervention sur la notion de leadership. Leadership en politique, en temps de crise mais aussi et surtout comment « désarmer » l’ennemi politique en temps de crise. Ceci passe par la formation des militants. L’ancien ministre de la forêt et de la faune s’est également appesanti sur la position à adopter par le militant lorsque le Rdpc fait face aux problèmes d’instabilité des institutions et à l’unité nationale. Au niveau interne, remarque-t-il, la diversité est l’un de nos trésors, malheureusement, elle est aujourd’hui sujette à récupération politique, mettant en relief les conflits entre tribus, groupes ethniques, régions sous le prétexte de distribution irrationnelle du gâteau national. Il a également souligné la corruption, l’usage des réseaux sociaux et la mauvaise gouvernance comme armes de destruction massive du vivre ensemble des Camerounais. Autant de choses que le militant du Rdpc doit éviter.

Synergie

Shey Peter Mabu, Dga de la Sopecam a rappelé la relation entre les différents organes du parti. Abondant dans le même sens, John Egbe Ebai a souligné l’esprit du travail d’équipe qui doit animer les responsables du parti à toutes les strates sinon toute action entreprise au sein d’un groupe sera vouée à l’échec. Vu sous ce prisme Dr kilo estime qu’il faut une synergie d’action entres les organes de base et les structures de coordination du parti, non seulement au niveau départemental mais également régional. Ainsi, précise-t-elle, il faut tirer les leçons des erreurs du passé pour améliorer le futur. Les prochaines échéances électorales étant en ligne de mire, elle est d’avis que les derniers scrutins présidentiels aux Etats-Unis et en France doivent interpeller le Rdpc, du moins dans la région du Nord-ouest. Par conséquent réitère-t-elle, il faut éviter de se retrouver dans le cas du rejet de la liste du Rdpc dans le Nord-ouest comme ce fut le cas lors des sénatoriales à l’Ouest et l’Adamaoua « nos ennemis ne dorment pas. Ils sont déterminés à nous battre par tous les moyens, légaux et extra-légaux et ils sont prêts d’exploiter chacune de nos faiblesses et insuffisances à leur avantage électoral » prévient-elle.

Et c’est sans ambages qu’un adjoint au maire de la commune de Nwa a déploré les promesses mensongères faites par certains politiciens. Elle tire son expérience du fait que sa municipalité qui est l’une des plus anciennes au Cameroun, reste enclavée. Pourtant depuis des lustres on vient les tromper pendant les campagnes électorales insinuant que si la population vote le parti au pouvoir, la route qui mène à Nwa sera bitumée. C’était le cas depuis l’ère Ahidjo, c’est le cas présentement avec le régime Biya. La population de cette municipalité peine toujours à voir déblayer le chemin Rom-Rock qui mène chez elle. Ce qui a fait dire au premier ministre Philémon Yang que les politiciens du Nord-ouest doivent toujours mesurer les propos qu’ils tiennent pendant les campagnes.

Donat SUFFO
Source : Le Messager

Facebook Comments