Vivre-ensemble: clichés dans l’Adamaoua

0
445
TCL TV

Les espaces de convivialité où l’unité nationale se vit au quotidien foisonnent dans la région. C.T a capté quelques instantanés.

C’est un endroit presque inconnu des populations de la ville. Mais le site a une grosse charge symbolique. Une piste serpente à travers la végétation, juste après le bois de Mardock, jardin zoologique créé par la Communauté urbaine de Ngaoundéré. A l’entrée de la ville, à 700 mètres de la Nationale n°1, un espace de convivialité, situé dans un écrin de verdure, attire. Le lieu n’est desservi que par les motos même si par moments, en saison sèche notamment, les automobiles y vont aussi. Tel un essaim d’abeilles, les accrocs du vin blanc, extrait du raphia, se ruent les week-ends à la « forêt sacrée ». C’est le nom donné par les promoteurs de ce lieu qui symbolise le vivre-ensemble. Autour de la forêt de raphia, des hommes et femmes venant des quatre coins du pays, se donnent rendez-vous là-bas, dans la broussaille, pour partager un verre de vin blanc ou croquer un morceau de porc-épic.

L’espace a été conçu et imaginé par des frères venus de Shi, arrondissement de Nwa, département du Donga-Mantung, région du Nord-Ouest. Etablis pour la plupart à Ngaoundéré depuis 45 ans, ils cueillent le vin blanc à Mardock depuis les années 90. Avec humour, Djindjo Yougouda appelle ses compagnons : « les vignerons de Mardock ».

Socaret, autre lieu, autre espace de convivialité. Là-bas, entre les rochers qui peuplent ce quartier, le « bil-bil », boisson fermentée à base de mil ou de maïs, attire aussi. Comme à la «forêt sacrée » de Mardock, Socaret grouille de vie spécialement les week-ends. Les prix pratiqués par les brasseurs et les vignerons sont à la portée des bourses. Avec 100 F, le client trouve son compte. Même sans argent, on est bien accueilli par les autres. « Forêt sacrée », « Socaret », de beaux concepts qui promeuvent la solidarité. C.T a capté les clichés forts de ces espaces de convivialité, creusets de l’unité nationale. Dans l’Adamaoua, Mardock, Socaret (Ngaoundéré), Galim-Tignère, Mayo-Darlé ou Banyo, entre autres, sont des lieux où se construisent et s’expérimentent depuis des années la cohésion nationale et le vivre ensemble. Instantanés.

Source: Cameroon-tribune

Facebook Comments