Autoroute Yaoundé-Douala: à plein régime

0
227
TCL TV

Avec la baisse des pluies et suite au paiement des décomptes de l’entreprise, le MINTP a élaboré de nouveaux plannings de travail

«Il n’y a jamais eu arrêt des travaux », assure Raouf Ben Romdhane, chef de la mission de contrôle du chantier de l’autoroute Yaoundé-Douala. Confirmation avec Wen Yueping, directeur adjoint de China First Highway Engineering Company (CFHEC). Sur la mise en chômage technique de certains employés un mois plus tôt, Wen Yueping explique que c’est une situation tout à fait normale et courante dans la gestion d’un chantier d’envergure. « Pendant la saison des grandes pluies comme c’était récemment le cas, certaines activités sont impossibles à réaliser, notamment le déforestage. On est donc obligé de réduire momentanément les effectifs ». En clair, la note de service qui a fait couler tant d’encre et de salive dans les médias n’a pas bien été comprise, estime Guy Daniel Abouna Zoa, directeur général des travaux d’infrastructures (DGTI) au ministère des Travaux publics (MINTP). « Il ne s’agissait pas de licenciements, mais de démobilisations. Avec le retour de la bonne saison, ces employés seront rappelés et remis en service ». Surtout que le problème de paiement des décomptes à l’entreprise vient également d’être réglé, Eximbank China et l’Etat du Cameroun ayant épongé la dette jusqu’en mars 2017.

Dans la foulée, le MINTP a établi de nouveaux plannings de travail et instruit une évaluation hebdomadaire de la situation sur le terrain. Voilà qui justifie la descente vendredi dernier sur le chantier de l’autoroute Yaoundé-Douala, d’une délégation interministérielle conduite par le DGTI. Afin d’allier la chose vue à la chose entendue, la presse y a spécialement été conviée.

Tout a commencé par une visite du chantier. Du PK 0 au PK 9.700, l’on a eu le plaisir de rouler sur les premiers kilomètres bitumés de l’autoroute Yaoundé-Douala. 2×2 voies, extensibles vers l’intérieur. Pour le moment, de jeunes arbres poussent joliment sur cet espace intérieur. Du PK 10 au PK 25, des activités de remblais se poursuivent. Par endroits, des ouvrages d’art se mettent en place. On a justement vu des piles de ferraille d’environ 7 m dressées au PK 16. 500. L’un des quatre passages supérieurs sera érigé à cet endroit. Quatre passages inférieurs se construisent parallèlement. Au PK 20 à Lobo, l’on observe un déploiement particulier. Un échangeur sera construit dans la zone. Plus loin, au PK 24, une vingtaine d’ouvriers dispose des explosifs sur une roche géante. Elle sera dynamitée afin de céder le passage à l’autoroute. Du PK 25 à PK 40, tout est prêt pour relancer le déforestage. Taux d’exécution au 2 juin 2047 : 40%. « On est en retard. Même avec beaucoup d’optimisme, le délai d’octobre 2018 ne sera pas respecté », souligne la mission de contrôle.

Cameroon-tribune

Facebook Comments