Mort de l´évêque de Bafia: Un gardien et un chauffeur du diocèse interpellés

0
22

L´enquête judiciaire annoncée par le procureur général près la Cour d´appel du Centre se poursuit. Plusieurs jours après la découverte du corps de l’évêque de Bafia, Monseigneur Jean-Marie Benoit Bala, l’information restée sous le sceau du secret vient de filtrer.

Depuis le 02 juin dernier en effet, c’est-à-dire dans la foulée de la découverte du corps de l’évêque dans les eaux de la Sanaga au lieu-dit Tsang près de Monatélé, un gardien du diocèse de Bafia, Ibrahim A. et un chauffeur, Mathieu N. ont été interpellés, confient nos sources, avant d’être placés en garde-à- vue à Yaoundé dans un lieu tenu au secret pour le moment.

Le Jour n’est pas en mesure de préciser les raisons pour lesquelles sont privés de liberté et mis ainsi à la disposition de l’enquête ces deux hommes, qui peuvent à juste titre être considérés comme faisant partie de l’entourage du prélat décédé.

Mais on sait qu’outre ces deux interpellations, les auditions de plusieurs autres personnes se poursuivent en ce moment. Les sources généralement bien informées du Jour ajoutent que les enquêteurs exploitent précautionneusement le listing d’appels correspondant au contact téléphonique de Mgr Bala.

Nos sources ne disent pas ce qui filtre de l’exploitation de ces précieuses données. Il est du coup difficile de savoir si oui ou non ils ont mis en évidence des éléments susceptibles de justifier l’interpellation de ces deux hommes. Selon divers témoignages entendus dès le mercredi 31 mai dernier, jour du constat de la disparition de l’évêque, un gardien du diocèse de Bafia (s´agit-il d’Ibrahim A. ?) serait l’une des dernières personnes à avoir vu Monseigneur Jean-Marie Benoit Bala vivant.

Et le vendredi 2 juin, les médias audiovisuels ont montré l’image d’un homme visiblement éploré, présenté comme « chauffeur de l’évêque », et qui aurait, le premier, identifié le corps extrait des eaux de la Sanaga ce jourlà.
Le Jour ignore si c’est le même homme qui est interpellé et actuellement mis à la disposition de l’enquête. Rien n´est donc encore précis pour le moment. Nos sources elles-mêmes font montre d´une grande prudence

.

© Le Jour : Claude Tadjon

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.