Cabral Libii répond à ses détracteurs qui ternissent son image

0
163
Cabral Libii
Le jeune universitaire se propose de réaliser l’exploit d’Emmanuel Macron en France au Cameroun en 2018
TCL TV

Au fur et à mesure que le ‘Macron Camerounais s’investisse davantage dans la politique, le nombre de ses détracteurs aussi augmente. Depuis un moment, sur les réseaux sociaux on lui colle une étiquette de membre du parti de Biya. IL serait à la solde du RDPC avec l’opération 11 millions d’inscrits sur les listes électorales. Avec des témoignages à l’appui, ses détracteurs veulent ternir son image, sa vision du Cameroun. Mais il ne se laisse pas faire. Lors de sa visite aux USA ce week-end, il a tenu à faire les mises au point sur ses réelles intentions.

La réponse de Cabral Libii à ses détracteurs

L’opération « 11 millions d’inscrits sur les listes électorales » est une opération citoyenne qui est apolitique. C’est une opération qui ne s’indexe à aucune organisation, à aucune organisation politique.

Elle ne s’indexe à un aucun organisme national ou international. Cette opération repose entièrement sur les mains des Camerounais que nous sommes. L’équipe qui m’accompagne est connue de vous. Pour arriver ici, nous avons cotisé notre argent pour mettre le carburant dans le véhicule de l’un d’entre nous. L’équipe qui nous accueille ici a cotisé de l’argent pour louer cette tente et faire de flyers de sensibilisation. Vous pouvez remarquer qu’on n’a pas pu en faire suffisamment parce que nos ressources sont limitées.

Le drame camerounais est qu’on met l’argent avant toute chose. Nous pensons que l’homme passe avant l’argent. Notre conviction est qu’au fur et à mesure que nous avançons, ceux qui croient en cette initiative vont continuer de se mobiliser pour qu’on atteigne le but que nous nous sommes fixé tous ensemble. Nous avons appris à ne plus faire attention aux remarques de ceux qui pensent que des gens ne peuvent pas se mobiliser de manière spontanée et sans avoir été financés.

Nous pensons d’ailleurs que cette attitude peut être justifiée par rapport au contexte. Il reste que cette attitude est un peu déplorable. C’est à croire que nous vivons dans un pays où il n y a plus d’altruisme et de conscience citoyenne. Pour notre part, nous ne sommes dans aucune expectative de millions ou de milliards à se partager.

Cette attitude justifie pourquoi les gens restent chez eux dans l’attente de la période électorale. Ils attendent justement qu’on vienne leur distribuer de l’argent. La réalité, le plus souvent, c’est qu’ils ne sont même pas inscrits sur les listes électorales.

Figurez vous que ces partis politiques qui vont bientôt déboucher ici avec des grosses voitures et des camions vont les distribuer à des personnes qui ne seront même pas inscrits sur ces listes électorales. Nous pensons que ce ne sera pas le cas cette fois. Ils trouveront des personnes qui savent ce que valent les cartes dont ils sont détenteurs. C’est des gens qui sauront pour qui ils vont voter le moment venu.

C’est l’occasion de vous dire qu’après cette opération, nous allons lancer une autre campagne. Nous allons dire aux gens ce que c’est exercer son droit citoyen. Le gens sauront désormais comment voter et dans quel but on vote. Il est évident qu’une fois de plus, certains diront qu’on nous a donné de l’argent pour le faire. Ceci dit, nous tendons la main à l’Etat, aux partis politiques et à tous ceux qui reçoivent de l’argent pour faire le travail que nous faisons en ce moment sur le terrain.

La différence c’est que nous partons du postulat que ça fait six ans que la refonte des listes électorales a été lancée. Les chiffres qui nous ont été donnés par Elecam faisaient état de seulement 6 millions 500 mille inscrits aux listes électorales. Ça veut dire qu’il y a un million de moins qu’en 2011, il y a 7 ans.

A cette époque, il y avait 20 millions de Camerounais selon les chiffres officiels rendus publics par le Bucrep. Lorsqu’on considère que le taux de croissance démographique est de 3,1 pour cent, on arrive à la conclusion logique que nous serions aujourd’hui autour de 26 millions de personnes. Comment expliquer qu’il y ait eu 6,5 millions d’inscrits et 5 millions de votants ? Si nous restons à 6 millions d’inscrits alors que nous sommes 26 millions, cela veut dire qu’il y a 20 millions de personnes qui ne se sentent pas concernées.

Dans le même temps, on peut considérer que le potentiel de personnes en âge de voter est contenu entre 13 et 14 millions. Ça veut dire qu’il y a un problème. En décembre 2016, même pas la moitié des Camerounais en âge de voter n’étaient inscrits. Ça veut dire que les partis politiques ont échoué. Ils n’ont pas pu mobiliser. C’est pour cela que nous les invitons à participer à cette campagne ou à nous aider à aller à la rencontre de nos compatriotes.

Nous tendons la main même aux organismes internationaux. On entend dire que certaines Organisations non gouvernementales (Ong) sont financées par l’Union européenne à hauteur de 100 millions. Nous leur disons «Nous n’avons pas d’argent. Partagez un peu avec nous pour qu’on puisse atteindre l’objectif d’inscrire le maximum de personnes aux listes électorales.» Qu’à cela ne tienne, nous n’avons pas attendu. Par notre volonté et notre détermination, nous sommes sur le terrain.

L’autre point sensible porte sur sa candidature. Cabral Libii n’a pas officialiser ses intentions de se présenter aux élections de 2018 malgré son entrée fulgurante sur la scène politique camerounaise. Apparemment, le jeune ‘Macron’ a sa propre stratégie. Il se montre patient.

« Je vous réponds de manière aussi triviale. Quel est l’intérêt d’aborder la candidature de Cabral Libii à l’élection présidentielle maintenant ? Je vous ai dit qu’il y a 6 millions et demi de personnes inscrites aux listes électorales. Dans le même temps, il y a des dizaines de personnes qui s’empressent de dire qu’elles sont candidates à l’élection présidentielle. Si l’annonce de candidature pouvait mobiliser les gens à s’inscrire aux listes électorales, vous le sauriez. La réalité est que ces annonces n’ont pas provoqué un boom dans les inscriptions. Les gens prennent l’annonce de candidature à l’élection présidentielle comme une Samba brésilienne.

C’est une activité qui s’apparente à des grimaces que l’on fait dans la rue. On n’annonce pas une candidature à l’élection présidentielle pour s’amuser. Je pense qu’il y a un préalable. Cela peut se faire dans d’autres contextes. Vous pouvez déclarer votre candidature en France même deux ans avant. Là-bas, on est automatiquement inscrit dans le fichier dès qu’on a 18 ans. Ils ont un système qui permet que l’Etat civil est informatisé.

Ce préalable n’est pas rempli dans notre contexte. La question que je pose tout le temps à ceux qui s’empressent d’annoncer leur candidature est «qui va vous voter?» Il ne s’agit pas de faire des conférences de presse ou de dire qu’on est colonel ou général de la politique pour régler cette question. La conséquence de tout cet activisme que nous constatons chez beaucoup de candidats déclarés est qu’ils iront se faire ridiculiser comme beaucoup d’autres avant eux.

Je leur dis serrons-nous les coudes et inscrivons les gens aux listes électorales puisque cela va vous profiter. Je ne vous répondrais qu’à partir du 31 août, peut-être avant, peut-être après, il n’est pas exclu que je sois candidat à l’élection présidentielle. J’ai 37 et j’ai deux ans de plus par rapport à l’âge indiqué pour être candidat à l’élection présidentielle. Je rempli toutes les conditions. Il faut payer 30 millions. Le moment venu, je demanderais à tous ceux qui me supportent de cotiser ce qu’ils peuvent. Si 30 mille personnes donnent chacun mille francs, j’aurais 30 millions et je pourrais payer la caution.

Ce qui compte, c’est le projet de société que je vais présenter. J’ai déjà annoncé que j’entre officiellement en politique en 2018. Le moment venu on va aviser. Si les gens pensent que je peux être candidat à l’élection présidentielle. Si c’est ce que les gens veulent qu’ils s’inscrivent. Si le seuil des 11 millions est atteint aujourd’hui, on va se décider.

Source

Facebook Comments