CAN 2019: Le gouvernement respectera ses engagements (officiel)

0
146
Conférence de presse du Minsep sur les préparatifs de la CAN 2019. ©Droits réservés
TCL TV

Le Minsep indique que des infrastructures sportives, hospitalières et aéroportuaires sont disponibles dans le pays pour le bon déroulement de la compétition, conformément aux exigences de la CAF.

Le Cameroun répond aux exigences de la Confédération africaine de football (Caf) pour les préparatifs de la Coupe d’Afrique des nations 2019. Tel est le condensé de la communication du ministre des Sports et de l’Education physique (Minsep), Ismaël Bidoung Mkpatt, faite mardi, 18 juillet 2017, dans la salle de conférence du stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. «Malgré les contraintes liées à l’adversité de la conjoncture économique actuelle et à la préservation de la sécurité de notre pays, le gouvernement est totalement engagé à remplir le cahier de charge de la Caf . A date, aucune mission de la Confédération faisant état d’un quelconque retard sur les préparatifs de la Can Cameroun 2019 n’a été réalisée, la première mission aura lieu dans quelques semaines», indique-t-il.

Ce membre du gouvernement met avant le fait que, conformément aux exigences de la Confédération africaine e football, le pays possède déjà quatre stades homologués pour accueillir les matchs de pouls, ainsi que des infrastructures d’entrainement.

«Le pays organisateur devrait mettre à la disposition de la CAF, trois mois avant le début de la compétition, toutes les infrastructures répertoriées, notamment un stade de compétition et de cinq terrain d’entrainement par site. Conformément à ce cahier, quatre pouls seront constitués dans les sites ci-après : Yaoundé (un site) ; Douala, Buéa, Limbé (un site) ; Garoua (un site) et Bafoussam (un site). Sur les 32 stades dont disposera le Cameroun, les onze qui ont servi pour la Can féminine sont déjà prêts, disponibles et fonctionnels. Les 21 autres sont en construction ou à réhabiliter. Parmi ceux-ci, 14 sont à réhabiliter, il reste sept à construire. Les travaux des plus prestigieux, à l’occurrence Olembé et Japoma ont déjà commencé», indique le ministre Bidoung Mkpatt.

S’agissant des infrastructures d’entrainement, le Cameroun mettra à la disposition des 16 équipes attendues les deux terrains annexes de Mfandéna, le stade militaire de Yaoundé, les terrains annexes de Japoma, le stade omnisport de Bépanda et son annexe, celui de Mbapelepe à Akwa et du Camp Sic de Bonamoussadi, etc.

Le pays possède par ailleurs des infrastructures hôtelières, hospitalières et aéroportuaires qui «répondent aux normes internationales». Ce sont notamment, les aéroports de Douala, Yaoundé, Ngaoundéré et Maroua.

Source: journalducameroun.com, Louise Nsana

Facebook Comments