Cameroun – Fecafoot: Abdouraman déboulonne Tombi à Roko

0
160
Capture du Journal Le Quotidien de l'Economie du 24.08.17
TCL TV

Capture du Journal Le Quotidien de l’Economie du 24.08.17

La Fédération internationale de football association (Fifa) a décidé hier de nommer un comité de normalisation au sein de la Fecafoot, annulant ainsi l’élection de l’exécutif en poste.

Processus électoral à recommencer à la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). C’est ce qu’a choisi le Bureau du conseil de la Fédération internationale de football association (Fifa) le 23 août 2017. Il a été décidé de nommer un comité de normalisation au sein de la Fédération Camerounaise de Football (Fecafoot), conformément à l’art. 14, al. 1a) et à l’art. 8, al. 2 des Statuts de la Fifa. « Cette décision est liée d’une part à la confirmation par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) du jugement de la Chambre de Conciliation et d’Arbitrage du Comité Olympique et Sportif du Cameroun, laquelle a annulé la procédure électorale ayant mené à l’élection en 2015 de l’actuel comité exécutif de la Fecafoot et, d’autre part, aux récentes tentatives infructueuses de la Fifa visant à rapprocher les différentes parties prenantes du football camerounais et ainsi sortir de l’impasse », indique le communiqué de la Fifa.

Par conséquent, le mandat du comité de normalisation est de gérer les affaires courantes de la Fecafoot, élaborer, en consultation avec toutes les parties prenantes, de nouveaux statuts qui soient en conformité avec les Statuts et standards de la Fifa ainsi qu’avec la législation nationale obligatoire en vigueur et réviser les statuts des ligues régionales et départementales et s’assurer de leur conformité vis-à-vis des statuts de la Fecafoot.

En outre, le Comité de normalisation doit identifier les délégués de l’assemblée générale de la Fecafoot ainsi que des ligues régionales et départementales et organiser les élections d’un nouveau comité exécutif de la Fecafoot. Le comité de normalisation se composera d’un nombre opportun de membres, qui seront désignés par une mission conjointe de la Fifa et de la CAF prévue très prochainement. Il œuvrera par ailleurs en qualité de commission électorale et aucun de ses membres ne sera éligible pour les postes à pourvoir lors des élections. Le mandat du comité de normalisation expirera au plus tard le 28 février 2018.

Confusion

Il faut dire que la chute de Tombi à Roko vient de la plainte d’Abdouraman Hamadou, président de l’Etoile filante de Garoua. Ce dernier, après être passé par le Cnosc et le TAS, avait saisi la Fifa le 09 décembre 2015. Dans sa requête, Abdouraman Hamadou demandait l’application de la sentence rendue par la chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc) en novembre 2015, qui a annulé l’ensemble du processus électoral organisé à la Fécafoot du 28 août au 28 septembre 2015. Une décision qui rendait illégitime le bureau actuel de cette fédération selon lui. Il demandait de ce fait le retour de l’équipe dirigeante de 2009, jusque-là légitime d’après lui. Le 3 mars 2016, le Tribunal arbitral du Sport (TAS) de Lausanne a reconnu la légitimité de Tombi à Roko Sidiki à la présidence de la Fédération camerounaise de Football (Fecafoot), mais uniquement comme interlocuteur dans le conflit ouvert par Abdouraman Hamadou. La Fédération internationale de Football et Association (FIFA) avait également reconnu l’actuel bureau en place à la Fecafoot. Face à la témérité d’Abdouraman, Pierre Ismaël Bidoung Mpkatt, le ministre des Sports et de l’Education physique (Minsep) avait réagi quelques jours plus tard pour indiquer que la Chambre de Conciliation et d’Arbitrage du Cnosc avait outrepassé son champ de compétence et que sa décision était « nulle et de nul effet ». Mais aujourd’hui, tout est à refaire pour Tombi à Roko et son équipe. Et pour le gouvernement en pleine préparation de la CAN 2019.

Sylvain Andzongo

Facebook Comments