Cameroun: le militaire battu par ses camarades était «un mauvais combattant», selon le colonel Badjeck

0
310
TCL TV

A la base militaire d’Heli Halifa, un soldat avait été bastonné par ses camarades, sur ordre de son supérieur, le 31 juillet. Cela l’avait conduit en soins intensif et suscité la polémique sur la toile. Pour le Mindef, cet ordre avait été donné face à l’indiscipline de ce militaire.

 Le colonel Didier Badjeck, chef de la Division de la communication au ministère de la Défense, est revenu samedi, 19 août, sur la punition récemment infligée à un jeune militaire du Bataillon spécial amphibie (BSA) dans la base d’Heli Halifa (Extrême-Nord), le conduisant en soins intensifs.

Le 31 juillet, le soldat de première classe Belobo avait été battu par ses frères d’armes, sur instruction du capitaine Aurélien Kemeza Ndogmo. Selon sa version des faits, cela est survenu alors qu’il venait de subir une agression dans un village voisin de sa base. Des personnes avaient tenté de lui prendre son arme. Il aurait alors effectué des tirs de sommation pour décourager ses agresseurs. Ce qui lui avait valu plus tard, d’être bastonné par ses camarades sur ordre de son supérieur.

Revenant sur cette affaire dans le cadre du programme «Honneur et Fidélité», diffusé samedi sur la radio nationale, le colonel Didier Badjeck a indiqué qu’il s’agit «mauvais militaire» qui se trouvait dans une situation «d’indiscipline caractérisée.»

«En fait, le soldat de première classe dont je tais volontairement le nom, s’est retrouvé dans une situation d’indiscipline caractérisée et a refusé d’obtempérer aux ordres de sa hiérarchie, répondant plutôt en tirant en l’air avec son arme. Deux fautes à relever pour un militaire: refus d’obéissance et violation de consignes en zone de conflits. La racine de l’affaire est immédiatement instrumentalisée et portée aujourd’hui comme un outrage à subordonné alors que le chef militaire n’a pris que des mesures conservatoires en retirant ce mauvais combattant du front», a-t-il expliqué.

L’affaire avait viré en scandale lorsque des images du soldat Belobo avait commencé à circuler sur la toile. On l’y voyait blessé au visage et semblant inconscient. Ces images et les explications fournies par les lanceurs d’alerte avaient suscité l’indignation des internautes qui avait alors réclamer le départ du Capitaine.

Selon des sources contactées par Journal du Cameroun, le soldat Belobo serait actuellement incarcéré à la prison de Mokolo. Huit autres militaires ont été arrêtés avec lui. Ils sont accusés d’avoir répandu la nouvelle sur les réseaux sociaux.

©Source: Journalducameroun.com

Facebook Comments