Cameroun – Mgr Jean-Marie Benoît Bala: Un mort difficile!

0
279

Faisant tabula rasa de tous les mystères autour de la disparition de l’évêque de Bafia, Vol de téléphone et accident mortel à l’ordre du jour. La dépouille mortuaire de Monseigneur Jean Marie Bénoit Bala n’a pas encore fini de nous montrer des vertes et de pas mûres. 

La cérémonie des obsèques du prélat de Bafia a débutée hier mercredi, 2 août 2017 par la cérémonie de levée du corps à la morgue de l’Hôpital Général de Yaoundé aux environs de 10 heures.

En dehors de la communauté chrétienne venue nombreuse, plusieurs pontes de la république étaient présentes. Le Chef de l’Etat, S.E Paul BIYA était représenté par Laurent Esso, Le Ministre de la Justice, Garde des sceaux, et à coté, plusieurs membres du Gouvernement.

Après cette première phase du programme des obsèques, le cortège funèbre s’est dirigée à la Cathédrale Notre Dame de Victoire de Yaoundé. Dans une marrée humaine qui ne cessait pas de grandir toutes les secondes, dans de vives émotions, une messe sera dite en hommage au défunt prélat.

Entre-temps, quelque chose de malheureux s’est déjà passé à la morgue. « Il a été constaté malheureusement que les hommes d’Eglise se sont vus subtiliser leurs téléphones portable à la morgue de l’hôpital général de Yaoundé », indiquent nos confrères de journalducameroun.com. Il s’agit de Mgr ZOA et la Religieuse Calixthe NDZANA qui, apprend-on, ont dû constater que « les vrais propriétaires de leurs téléphones » ont emporté leurs téléphones… En hommes de Dieu, ils ont sans doute tout remis entre les mains du Très Haut.

Après la messe à la cathédrale Notre Dame des Victoires de Yaoundé, le cortège funèbre de Mgr Bala va prendre la direction de Bafia, avec au programme, des escales sur le pont d’Ebebda, à Balamba et à Ombessa.

Après 36 km de route, aux environs d’Efok, dans l’arrondissement d’Obala  pendant que la dépouille de Mgr BALA était en cours d’acheminement vers Bafia, le motard qui escorte sa dépouille va faire un face à face avec une petite voiture ayant 5 personnes à bord. D’après des sources, Toutes les victimes ont été évacuées sur Yaoundé, y compris le gendarme, l’adjudant Boua Gauthier. Ce dernier a finalement rendu l’âme. Ainsi, celui qui était  en service à la brigade routière du secrétariat d’Etat à la défense (SED), sera l’autre mort qui va se greffer à la mort de l’Evèque de Bafia.

Dans la tradition Beti, lorsqu’un corps hante les esprits comme l’a fait celui de Mgr Bala, lorsqu’un mort les circonstances d’un mort s’accompagnent de telles incongruités, l’on s’accordent à dire que c’est le sang du mort qui clame son innocence. Et, puisque dans le cas d’espèce, on parle bien d’un homme de Dieu, le ciel va certainement encore s’abattre sur nous, comme à l’Egypte lorsque Pharaon refusa de libérer les enfants d’Israël, comme sur Judas lorsqu’il livra le Christ à ses persécuteurs.

La mort de Monseigneur Jean Marie Bénoit Bala qualifié  » d’une mort de plus, mais aussi d’une mort de trop » au Cameroun par la Conférence des Evêques,   est malheureusement et fatalement inscrite dans le plan de Dieu. Sans doute fallait-il que tout cela arriva. Mais,comme l’a dit le Christ à ses disciples au sujet de sa mort, malheur à celui par qui ce qui devait arriver advint. Mgr Bala quant à lui, sera déjà bien loin, puisqu’il quitte définitivement la terre des hommes tout à l’heure après la messe de Requiem à 10 h dans son diocèse à Bafia.

© Actu-plus.cm: Olbif
Facebook Comments