CAN 2019 – Ces anciens lions sont sereins

0
54

Les micmacs autour de l’organisation camerounaise de la Can 2019 entérinés par les sorties superfétatoires et spectaculaires de Ahmad Ahmad, le Président de l’instance faîtière du football africain, la CAF, n’ébranlent pas la sérénité des emblématiques  Albert Roger Milla et Gérémi Sorel Njitap, tous deux, anciens lions indomptables.

La rédaction de actu-plus.cm vous propose les avis de l’Ambassadeur itinérant, Albert Roger Milla et du Président du Synafoc, Gérémi Njitap, confiés au journal Signatures, parus dans son édition n°0069 du Mardi 1er aout 2017.

Roger Milla, Ambassadeur itinérant, ancien lion indomptable

«Le défi sera relevé et de la plus belle des manières»

«Pour commencer, je relève que la Caf n’a pas été juste envers nous. On ne peut pas imposer au Cameroun un nouveau cahier de charges à quelques mois d’une échéance. Les résolutions du symposium de Rabat devraient prendre effet à partir de la Can 2021 par exemple. Quand il est venu à l’idée de la Fifa d’organiser le Coupe du monde a 48 équipes, elle n’a pas imposé la formule tout de suite. Ce sera pendant la coupe du Monde de 2022. Qu’à cela ne tienne, le Cameroun organisera sa Can parce que tout le monde le souhaite. Les populations qui tiennent à vivre l’événement, les différentes sociétés pour leur visibilité, etc… Puis s’agissant des stades, il y en a. Yaoundé, en dehors du stade d’Olembe a déjà le stade omnisports Ahmadou Ahidjo et le stade militaire. Limbe a deux stades. Buea aussi sans oublier Bafoussam. Douala sera à jour. Les Canadiens au niveau du stade de la Réunification et le stade de Japoma. Le problème de financements ne se pose plus. Donc, les stades, il y en aura. Surtout ne pas faire plaisir aux messieurs de la Caf qui, manifestement, cherchent la petite bête à notre pays. Puis à ce jeu-là, ils ne connaissent pas bien le Cameroun. Le défi sera relevé et de la plus belle des manières.»

Geremi Sorel Njitap, Président du Synafoc, ancien Lion indomptable

« Une autre opportunité nous est offerte pour montrer la voie aux autres nations africaines »

«J’en appelle au patriotisme et au civisme des Camerounais en général et des footballeuses et des footballeurs en particulier, pour qu’ils se mobilisent autour du gouvernement et de la Fécafoot afin qu’ensemble nous relevions le défi d’être le premier pays africain à organiser une Can à 24 pays. Le Comité Exécutif de la Caf en décidant d’ac- ter cette recommandation du symposium sur les compétitions, tenu au Maroc les 17 et 18 juillet 2017, dès la Can 2019, l’a sans doute fait de bonne foi, sans intention de nuire au Cameroun. Pour nous c’est une marque de confiance à l’égard de notre pays. La Caf sait pouvoir compter sur le pays des Lions indomptables pour réussir ce challenge. Il nous revient de savoir mériter cette confiance en réfléchissant sur comment faire pour bien accueillir les participants de cette compétition qui est d’abord une fête, la fête du football. Nous avons participé au symposium de Rabat et c’est nous qui avons fait les différentes recommandations que le Comité Exécutif est en train d’implémenter. Tant mieux si notre pays est choisi comme champ d’expérimentation, nous avons toujours été les pionniers dans le domaine du football en Afrique : Oryx de Douala premier club champion d’Afrique ; Tonnerre de Yaoundé premier club à gagner la coupe des clubs vainqueurs des coupes ; premier pays africain à atteindre les quart de finale de la coupe du monde ; premier pays africain à jouer la finale de la coupe des confédérations ; le plus vieux joueur de la coupe du monde avec Roger Milla, meilleur joueur africain du 20ème siècle…Une autre opportunité nous est offerte pour montrer la voie aux autres nations africaines. Sachons-nous montrer à la hauteur de notre réputation : «Impossible n’est pas Camerounais».

Propos recueillis par Pierre Lebon Elanga et  Sylvain Papoul Mbiama

Facebook Comments