CAN 2019 : La mission de la CAF reportée

0
167
????????????????????????????????????
TCL TV

Selon la Confédération africaine de Football, le «désistement» du cabinet d’audit Price Waterhouse Coopers est à l’origine de cette décision actée vendredi dernier.

Un coup de théâtre, un twist et même un cliffhanger… Si on était dans le domaine du cinéma, on ne serait certainement pas à court de termes pour qualifier l’annonce du report de la mission d’inspection de la Confédération africaine de football (CAF) au Cameroun. Annoncée et attendue du 20 au 28 août 2017, la visite a été renvoyée à une date ultérieure vendredi dernier, à la surprise générale. Soit la veille de l’arrivée des premiers membres de cette délégation de six personnes. A l’origine, un courrier d’Essam Ahmed, secrétaire général par intérim de la CAF, adressé au SG de la FECAFOOT, Blaise Moussa. Dans le document, la CAF informe en effet le Cameroun, organisateur de la Coupe d’Afrique des nations 2019, du «désistement en dernière minute» du cabinet d’audit Price Waterhouse Coopers (PWC) qui devait accompagner les experts de la CAF à Yaoundé, Douala, Limbé, Bafoussam et Garoua. Sur le site Internet de l’instance africaine, la nouvelle est également annoncée de façon laconique, en quelques phrases. Du coup, cette première mission qui devait être conduite par l’Egyptienne Shereen Aly Arafat, directeur des compétitions, se tiendra à un autre moment.

Depuis l’annonce de la nouvelle, le désistement du PWC n’en finit pas d’intriguer. Et pour cause, l’implication de cabinets d’audit dans les missions d’inspection de la CAF était l’une des grandes nouveautés annoncées par le président Ahmad, après le fameux symposium sur le football africain de Rabat. On peut donc comprendre que chacun y soit allé de sa supputation pour tenter de comprendre la décision de ce cabinet qui est parmi les plus cotés au monde.

Une certitude : la visite de la CAF aura bel et bien lieu dans les prochaines semaines. Certainement avec un nouveau cabinet d’audit. A moins que la CAF ne décide de s’en passer. En attendant, le Cameroun peut continuer à s’activer sur le terrain. Question de montrer aux inspecteurs qui viendront que les choses avancent.

Source: Cameroon-tribune, Josiane R. MATIA

Facebook Comments