Can Cameroun 2019: Le comité d’organisation au travail

0
359
TCL TV

Le Ministre des Sports et de l’Education physique (MINSEP) a procédé le 17 Août dernier à Yaoundé, à l’installation des membres du Comité central d’organisation et de ses démembrements techniques.

Pas de temps pour les vivats, les youyous et les flonflons qui résonnaient dans les rangs des fans clubs de certains membres récemment nommés dans les différentes commissions techniques du Comité local d’organisation de la Can 2019, installés le jeudi 17 août dernier par Pierre Ismaël BIDOUNG MKPATT, Ministre des Sports et de l’Education physique(MINSEP) . Priorité à plutôt été accordée à l’arrivée imminente dans nos murs, de la première mission d’inspection de la Caf dont le rapport final sera présenté comme le thermomètre qui jugera de la capacité du pays de Roger MILLA d’abriter ou non cette prestigieuse compétition prévue dans 22 mois.

L’objectif, rassurer la CAF sur la détermination du pays à tenir le pari d’offrir à la jeunesse africaine une belle fête sportive en 2019. « L’heure n’est plus aux polémiques, aux justifications des insuffisances, aux affrontements et autres tensions qui démobilisent les énergies. L’heure n’est plus au rappel de quelques malentendus survenus dans un récent passé portant sur les débats autour des sujets insolites », a déclaré BIDOUNG MKPATT.

Il est également question, selon le MINSEP, de veiller au respect du cahier de charges de la CAF. Pas de le modifier, de le commenter ou de le discuter. « L’organisation de la CAN de football est un rendez-vous exceptionnel aux multiples enjeux pour notre pays. Le sport au Cameroun est l’une des activités majeures au centre des préoccupations du gouvernement », a rappelé BIDOUNG MKPATT. Selon le président de la Fédération camerounaise de football, TOMBI à ROKO SIDIKI, après avoir reçu le nouveau cahier de charges de la compétition suite à son passage à 24 équipes au lieu de 16, le Cameroun s’est réajusté. Le pays prévoit de livrer notamment sept stades de compétition (deux à Yaoundé, deux à Douala, un à LIMBE, un à Bafoussam et un à Garoua) et 25 terrains d’entraînement pour la CAN 2019.

Une proposition largement au-delà des exigences de la CAF. D’après la décision qui créé les différentes commissions techniques, celles-ci sont chargées, dans leurs domaines d’activités, de la mise en œuvre des mesures et actions définies par le Comité central d’organisation. Elles élaborent ainsi leurs plans d’actions et chronogrammes d’activités et les soumettront à la validation du Comité central d’organisation.

©Source: Génération Libre, Arianne Tsamo

Facebook Comments