CAN CAMEROUN 2019: Together we can

0
129

CAN CAMEROUN 2019/

Face aux difficultés et à l’adversité, le président de la République a toujours prôné l’union. Ensemble donc, nous devrons relever le défi de l’organisa-t ion de la Can 2019.

En taisant nos ego et en gommant nos rancœurs. Inutile de s’attarder sur les raisons du retard dans l’exécution des travaux de construction des infrastructures. Pourquoi revenir sur les comportements qui frisaient la désinvolture ou la condescendance. Il y a un impératif, celui d’être prêt en juin/juillet 2019. Nous avons l’obligation d’organiser et d’offrir au continent africain, une belle fête de football. Car s’il est une chose qu’on ne sait pas à la Caf, c’est qu’il ne faut jamais défier le Cameroun, ne jamais mettre le Cameroun dos au mur. D’ici peu, certains comprendront pourquoi on dit du pays de Paul que le Cameroun c’est le Cameroun. En effet chez nous le patriotisme n’est pas un vain mot. Boko Haram en sait quelque chose. Et tous ceux qui ont voulu mettre à mal l’honneur du Cameroun le sauront bientôt à leur tour. Les comités de vigilance, au péril de leur vie soutiennent avec courage nos forces de défense sur tous les fronts ou la guerre asymétrique se manifeste.

La Caf, c’est le Boko Haram du football. Ils ne nous couvriront pas de honte comme semble être leur dessein. Les stades seront prêts puisque les financements prévus à cet effet ont déjà été débloqués. Le plateau technique sera à jour dans les hôpitaux des villes qui abriteront les poules. Les communications et les télécommunications font l’objet de mille et une attentions de la part des autorités du pays. L’hébergement est en nette amélioration.

Dans la bonne organisation de la Can, on note un réel frémissement. Le peuple est décidé à accompagner l’Etat. Qu’on se souvienne de 1994, année de disette financière où le Fmi était au chevet de notre pays. Un coup de cœur a été organisé pour permettre à notre équipe nationale d’aller dignement prendre part à la coupe du monde qui se tenait cette année-là aux Etats- Unis d’Amérique. Nous sommes encore prêts a tout, l’essentiel étant de ne pas perdre la face devant cette Caf, apparemment animée de quelques sentiments revanchards. 

Le Cameroun non seulement ne désistera pas, mais en plus ne permettra à personne de lui retirer sa Can. C’est une question de fierté nationale. A chaque fois que notre drapeau sera mis à mal, nous nous tiendrons comme un seul homme pour le défendre contre vents et marées. Notre hymne est une invitation à l’honneur et a la liberté, un cri de ralliement. Ceux qui ne le savent pas font dans l’illusionnisme. On préfère ne pas faire allusion à ceux des pays tapis dans l’ombre qui affirment être prêts à nous remplacer si jamais le cahier de charges est hors de portée. A eux un conseil, ne pas rêver. Autant se réveiller. Les rêves les plus courts sont les meilleurs. Ce sont les couleurs du drapeau d’un pays qui s’appelle le Cameroun avec en prime, une étoile sur le rouge. Ce drapeau croyez-moi et soyez en sûrs flottera fièrement sur le toit du football africain en juin/juillet 2019. Et ce sera tant pis pour ceux qui ne connaissent pas la maxime «Impossible n’est pas Camerounais».

Source: Signatures, Pierre Lebon Elanga Ateme

Facebook Comments