Libération des leaders anglophones – Pr Messanga Nyamnding : «Un acte qui apporte encore la preuve que Paul Biya est un homme de dialogue»

0
276
TCL TV

L’enseignant de l’IRIC pense que le «décret» pris mercredi s’imposait.

Le professeur Pascal Charlemagne Messanga Nyamnding est un homme que l’annonce de la libération des détenus anglophones a rendu heureux. Il considère que le président de la République Paul Biya a entendu ce qu’il lui suggérait depuis un moment. Des idées réitérées longuement ce matin sur l’antenne de Radio Balafon émettant de Douala. Mercredi soir après la publication du communiqué nos confrères se sont de nouveau tournés vers lui. « Je suis en joie et c’est avec beaucoup d’émotion. Au moment où vous m’appeliez j’étais en séance de travail avec le directeur de mon institution lorsque la très haute hiérarchie m’a passé un coup de fil à l’effet de me dire que le président entre autres au regard de son intime conviction a répondu à votre doléance. C’est un acte politique, un acte d’entraînement, un acte qui apporte encore la preuve que Paul Biya est un homme de dialogue », a réagi d’emblée l’enseignant de l’Institut des relations internationales du Cameroun.

Pour lui c’est la preuve que les autorités camerounaises veulent le dialogue. Il en profite pour confondre et dénoncer ceux qui selon lui s’y opposaient.  « Du point de vue analytique, on peut comprendre qu’il y a une ferme volonté de la part des pouvoirs publics qui consiste à mener et d’amorcer un dialogue qui permettra enfin aux Camerounais de se situer dans cette dynamique où le chef de l’Etat a dit que le Cameroun uni ne se discute pas. Je suis un homme politique heureux, mais je voudrais aussi vous dire quelque chose : ici dans mon bureau au moment où vous m’appelez quelques voix s’élèvent déjà pour dire que : « on était d’accord avec toi professeur ». Ce qui n’est pas vrai. C’est la preuve que nous sommes dans un pays d’hypocrites. Dans un pays des opportunistes, surtout dans un pays où les gens n’ont pas de vision j’ai eu le courage de mes idées », affirme ce fervent partisan du chef de l’Etat camerounais.

Messanga Nyamnding indique aussi la nature de la décision du chef de l’Etat Paul Biya. Il estime qu’elle n’est pas anticonstitutionnelle et qu’elle est importante. « L’acte du président est un décret. Je voudrais ici vous dire que nous sommes dans la force de l’Etat. En tant qu’homme de droit il faut vous dire qu’il y a des jurisprudences de l’attitude. Au-delà même de l’Etat camerounais on a eu les cas d’Action directe, de l’ETA. On a eu des cas pareils lorsqu’il y avait des affaires qui opposaient les indépendantistes  comme Jean-Marie Tjibaou en Nouvelle-Calédonie. On a eu des amnisties et même des arrêts par décret qui permettaient au président de le faire », argue-t-il.       

Source: CIN, Par Pierre Arnaud NTCHAPDA

Facebook Comments