Crise anglophone : des parlementaires demandent au gouvernement de « prendre ses responsabilités »

0
295
TCL TV

Convoqués par le président de l’Assemblée nationale, des députés ont tablé sur les tensions socio-politiques observées dans le pays et déploré les actes de violence perpétrés dans certaines régions du pays.

Les deux régions anglophones du Cameroun ont connu une escalade de violence le vendredi 22 septembre dernier. Ce jour-là, des populations de plusieurs localités du Nord-ouest et du Sud-ouest ont marché dans les rues pour demander la libération des personnes encore détenues dans le cadre de la crise anglophone ; l’adoption du fédéralisme, les plus radicaux demandant la sécession.

Depuis, le calme règne dans la zone anglophone. Mais, celui-ci est précaire. D’autres mouvements sont annoncés pour le 01er octobre dans le Nord-ouest et du Sud-ouest.

Le même vendredi 22 septembre, une explosion a retenti à Mboppi, au siège de la Société camerounaise des dépôts pétroliers (SCDP) à Douala. Pour le gouverneur de la région du Littoral, cet acte était un attentat- manqué- visant les cuves de pétrole de l’entreprise de stockage de la matière première.

Dans ce climat, le président de l’Assemblée nationale du Cameroun, Cavaye Yeguie Djibril, a réuni, ce 26 septembre, les membres du bureau de l’institution et des porte-paroles des partis politiques non représentés dans le bureau de cette chambre du Parlement.

Durant leurs échanges de ce mardi, les parlementaires ont fustigé les actes de violence perpétrés par des groupes d’individus dans différentes parties du pays. Aussi, les parlementaires « dénoncent la tentative de partition du Cameroun telle que projetée pour le 01er octobre 2017 ; réaffirment leur attachement à un Cameroun, Etat unitaire décentralisée, un et indivisible; recommandent au gouvernement de prendre ses responsabilités, face aux facteurs de troubles d’où qu’ils viennent afin que leurs actes soient sévèrement punis conformément à la loi ».

En somme, les parlementaires invitent les populations au calme, «  à la vigilance et à un sursaut patriotique face à ce qui de plus en plus apparaît comme étant une atteinte à l’intégrité des citoyens et de la nationalité ». Les députés « lancent un appel au dialogue, à la retenue et au bons sens », conclut le communiqué du président de l’Assemblée nationale.

Source: Journalducameroun.com

Facebook Comments