Crise anglophone : le maire de Buéa réclame plus de fermeté contre les manifestants

0
167
TCL TV

Patrick Ekema s’est exprimé dans une interview qu’il a accordé à un quotidien camerounais.

« Il faut prendre des mesures fortes. On a trop caressé ces gens ». C’est en ces termes que le maire de Buea, M Patrick Ekema a exprimé ce qu’il pense être la solution pour faire revenir l’ordre dans sa ville. Dans l’interview qu’il a donné au journal Le jour et publiée ce lundi 25 septembre, Patrick Ekema est revenu sur les évènements qui se sont déroulés le 22 septembre dernier, et qui se sont soldés par une destruction de ses biens.

« J’étais à la maison, je prenais des informations que je transmettais à ma hiérarchie, quand les manifestants sont arrivés à Buea, j’ai informé ma hiérarchie. Quinze à vingt minutes plus tard, les manifestants sont passés. Quand je les ai vu descendre, j’ai estimé que la manifestation était terminée ; puisqu’ils ont dit que c’était une manifestation pacifique. J’ai donc quitté la maison pour mon bureau. Lorsque j’arrive au bureau, mon épouse m’appelle et me dit d’appeler les policiers en urgence parce qu’ils sont en train de vandaliser mon domicile », raconte-t-il.

Le maire Patrick Ekema affirme qu’il n’a tué aucun manifestant tel qu’annoncé sur les réseaux sociaux. « Ils ont détruit mes biens estimés à une centaine de millions de francs Cfa…quand j’entrais, j’ai vu certains en train de s’échapper. Je connais 17 personnes physiquement et leurs noms propres», ajoute-t-il.

Des actes de vandalisme qui n’ont que trop durer pour le maire, qui appelle à la prise de mesures fortes pour remettre l’ordre dans la région. Il s’engage d’ailleurs à commencer à le faire lui-même, si jamais son domicile venait encore à être pris pour cible. « Si je vois quelqu’un qui revendique devant ma porte, je vais l’éliminer » menace-t-il.

La position du maire diffère de celle des politiques enregistrées jusque-là, qui en appellent pour la plupart au dialogue et à une levée des restrictions imposées aux populations de ces deux régions en crise. Il y a quelques mois, Patrick Ekema était impliqué dans une affaire de faux diplômes. Les étudiants de l’Université de Buea qui l’accusent d’avoir obtenu un master avec un faux Gce, demandent toujours le retrait de ses diplômes.

Facebook Comments