Cameroun – Abus: Un procureur confisque la camera d’un reporter

0
364
TCL TV

Le procureur de la République près le Tribunal de grande instance du Haut Nkam a saisi la camera d’un reporter de la chaîne de télévision Equinoxe alors qu’il filmait un incident au lieu dit «Agences» de la ville de Bafang.

Cela fait trois mois que le correspondant de la chaîne de télévision Equinoxe est en chômage. Une situation liée à la confiscation de sa camera par le Procureur du Tribunal de grande instance du Haut-Nkam, Yannick Abah Oyono. La scène se déroule le 24 août 2017 en face des agences de voyages de la ville. Un homme, la cinquantaine sonnée descend d’un véhicule de transport en commun en provenance de Douala s’écroule et rend l’âme. Andy Ganyou, le reporter de la chaîne de télévision Equinoxe qui essaye de saisir la scène est interpellé par le substitut du Procureur de la République près le Tribunal de grande instance du Haut-Nkam qui lui intime l’ordre de remettre sa camera.

« Je suis arrivé sur les lieux à la suite d’un appel de quelque autorité médicale et sécuritaire de la ville. Les autorités sécuritaire sur le terrain m’ont donné l’autorisation de faire des images et m’ont même donné quelques informations pour faire mon article », raconte le reporter d’Equinoxe télévision, Andy Ganyou. La suite ? Un inspecteur de Police s’approche du reporter et lui demande de remettre son appareil «à la demande du substitut du Procureur qui était au téléphone».

Après 15 minutes d’attente, le substitut du Procureur lâche son téléphone et indique au reporter en attente que des ordres ont été donnés par «sa hiérarchie pour qu’aucune image de l’incident ne soit prise». Les interventions des personnels médicaux et sécuritaires présentes auprès du substitut du Procureur n’y feront rien. L’homme reste de marbre.

Versions

Invité à se rendre au parquet pour le retrait de son matériel de travail, le reporter trouvera l’opposition du Procureur de la République du Tribunal de grande instance du Haut-Nkam, Yannick Abah Oyono qui rangera la camera dans son bureau jusqu’à ce jour. «Le Procureur ne m’a pas reçu. Il m’a fait dire que je devais informer ma hiérarchie.» Joint au téléphone par le rédacteur-en-chef de la chaîne, le Procureur de la République exige qu’un responsable de la chaîne se rende dans ses services à Bafang. Dépêché par la direction de la chaîne de télévision, le chef d’agence Equinoxe télévision dans la région de l’Ouest, Jean Paul Choun Nyat ne sera pas reçu par le magistrat. «Il a été notifié de notre présence aux environs de 9 heures du matin et a estimé que nous encombrions son secrétariat. Il est sorti et n’est pas revenu jusqu’à la fermeture des bureaux vers 17 heures.», raconte Jean Paul Choun Nyat. Joint au téléphone, le procureur de la République, Yannick Abah Oyono indique «Ce jour-là, je pensais qu’ils avaient compris que j’étais occupé. Dites à ce monsieur de venir avec l’un de ses supérieurs récupérer cette camera. Je le lui avais déjà dit.» Une version que ne partage pas le rédacteur-en-chef de la chaîne de télévision Equinoxe.

Eric Kouamo soutient avoir contacté le Procureur dans le cadre d’une conciliation. «Il m’a envoyé baladé même les personnes que nous avons dépêchées auprès de lui n’ont pas connu meilleur accueil.» Dans le même temps, la chaîne déplore l’annulation de nombreuses commandes commerciales contractées dans la ville et les localités voisines dans le cadre de la rentrée scolaire mais aussi les difficultés à produire des informations en provenance du département du Haut-Nkam. C’est la liberté d’expression, version Issa Tchiroma Bakary.

© Source: Quotidien Le Messager, Joseph OLINGA N

Facebook Comments