Crise anglophone, la «désinformation » et la «manipulation» de RFI condamnées par le porte-parole de l´armée

0
301
TCL TV

La radio française RFI (média d´Etat, ndlr) est accusée par le porte-parole de l’armée camerounaise de désinformation pour servir l´anthropophagie française en Afrique, dans le cadre de la crise anglophone.

La radio française qui semble avoir la rancune tenace contre les autorités camerounaises, depuis l’incarcération de son correspondant en langue houssa au Cameroun, appellerait, au génocide au Cameroun, comme au Rwanda, selon le colonel Didier Badjeck, porte-parole de l’armée.

Le porte-parole de l’armée camerounaise, est particulièrement en colère contre l’éditorialiste Jean Baptiste Placca.

« Jean-Baptiste Placa, vos émissions sont enregistrées, vos convocations au génocide sont dans les disques durs de nos mémoires qui nous rappellent le Rwanda. Vous serez jugé par l´histoire, par vos prises en otage de pauvres niais que vous avez l´art d´instrumentaliser », écrit le colonel Badjeck.

S’adressant toujours à l’éditorialiste de la radio française, il poursuit, « votre cohorte d’illuminés qui vous boivent comme du petit lait: les nouveaux colonisés à qui vous apprenez l´alphabet et le mimétisme. Jean Baptiste Placca, vous n´amusez que des affidés sans profondeur stratégique, les camerounais ne sont pas inscrits au suivisme. Votre haine dépasse tous les principes déontologiques du journalisme ».

Pour le porte-parole de l’armée camerounaise, Placca désinforme au service de l´anthropophagie coloniale en Afrique, « vous cautionnez les actions de personnes qui balancent des cocktails Molotovs dans des dortoirs d´enfants innocents? Ça s´appelle quoi pour vous? Du militantisme engagé ? [..] Je vous porte plainte devant le tribunal de l´histoire et je le formulerai strictement pour complicité avec une entreprise terroriste partant de vos aveux dans vos chroniques insipides du samedi, je vous porte plainte pour incitation au génocide que seul vous voyez. Ou alors souhaitez. Mais vos prophéties ne se dessineront pas ».

A RFI, le porte-parole de l’armée rappelle que dans un éditorial incendiaire, Placca a mis en cause le chef de l´Etat camerounais dans une affaire prenant à témoin J.Rawlings. Suite au démenti de ce dernier, M. Placca s´est excusé au moins devant l´ancien président ghanéen, sans faire cas de Paul Biya.

« Aujourd´hui vous lui donnez à nouveau vos antennes pour qu´il prenne des positions très marginales, et diamétralement opposées à l´objectivité et l´équilibre que vous devez observer. Au risque de vous faire assumer ces positions, il est grand temps d´apprécier les curieuses bavardes de Jean-Baptiste Placca sur votre chaîne », écrit le colonel Didier Badjeck Rechercher Badjeck dont la déclaration est reprise par de nombreux médias locaux.

« Ne soyez donc pas amnésiques le moment venu. Les extraits d´émission sont des preuves recevables que vous allez assumer. Je retiens que JB Placa aseptise les actes de destructions des écoles, des édifices publiques, des obstructions aux droits des enfants d´aller à l´école comme étant des actes légitimes, autant que la fabrication et la pose d´Engins Explosifs Improvisés, ou des jets de cocktails Molotovs comme étant des actes cliniques ou tout au moins, comme des actes de personnes marginalisées.

« Que la Cour Pénale internationale le mentionne », conclut le colonel Badjeck.

Kemleke Anderson, Bafoussam
Source : koaci.com

Facebook Comments