4 novembre 1982 – « J’ai décidé de démissionner de mes fonctions de Président de la République du Cameroun »

0
627
TCL TV

 Ahmadou Ahidjo, le tout premier président du Cameroun depuis son accession à l’indépendance, prononça ainsi, ce jeudi-là, contre toute attente, sa décision de démissionner de ses fonctions de Président de la République Unie du Cameroun.

Au lendemain de sa démission, la presse de cette époque va se saisir de l’affaire pour sculpter les motivations d’un acte qui peine encore aujourd’hui à entrer dans les habitudes des dirigeants africains.  Le journal “Le Monde”, se faisant l’écho des informations glanées dans certains milieux médicaux français, écrit dans son édition des 6 et 7 novembre 1982, “des sources généralement bien informées croient savoir que M. Ahidjo qui n’est âgé que de 58 ans, souffrirait d’un diabète et d’un ulcère à l’estomac ».

Samedi 6 novembre 1982, soit deux jours après sa démission, Le désormais ex-président sera remplacé à ce poste   par son successeur constitutionnel à la magistrature suprême, en la personne de Monsieur Paul BIYA, qui était jusque-là Premier ministre du Cameroun.

A ce dernier, le Président Ahidjo dans son discours d’adieu, stipulant qu’il  « mérite la confiance de tous, à l’intérieur et à l’extérieur » va demander à tous les camerounais d’accorder leur confiance et leurs concours.

Actu-plus.cm vous présente l’intégralité de ce discours historique

« Camerounaises, Camerounais, mes chers compatriotes, 

J’ai décidé de démissionner de mes fonctions de Président de la République du Cameroun. Cette décision prendra effet le samedi 6 novembre à 10 h. En cette circonstance capitale, je voudrais du fond du cœur remercier toutes celles et tous ceux qui, depuis bientôt 25 ans, m’ont accordé leur confiance et apporté leur aide dans l’accomplissement de mes lourdes tâches à la tête de l’Etat. 

Je voudrais tout particulièrement remercier les militantes et les militants de notre grand Parti national, l’U.N.C. de leur soutien total, constant et inébranlable. 

S’il reste beaucoup à faire dans la grande et longue œuvre de construction de notre cher et beau pays, nous avons ensemble accompli après l’indépendance, la Réunification et l’Unification, des progrès considérables dans tous les domaines. 

Notre pays dispose d’atouts importants. L’unité nationale consolidée, des ressources nombreuses, variées et complémentaires, une économie en expansion continue, des finances saines, une justice sociale en amélioration, une population laborieuse et une jeunesse dynamique, de solides et fructueuses relations d’amitié et de coopération en Afrique et dans le monde. 

J’invite toutes les Camerounaises et tous les Camerounais à accorder, sans réserve, leur confiance et à apporter leur concours à mon successeur constitutionnel M. Paul Biya. Il mérite la confiance de tous, à l’intérieur et à l’extérieur. Je vous exhorte à demeurer un peuple uni, patriote, travailleur, digne et respecté. Je prie Dieu Tout-puissant afin qu’il continue à assurer au peuple camerounais la protection et l’aide nécessaires à son développement dans la paix, l’unité et la justice.

Vive le Cameroun. »

Auteur: La rédaction

© Source: Actu-Plus.cm

⇒ Via Actu-plus.cm

 

Facebook Comments