Cameroun: Pour la paix et l’unité nationale, Paul Biya reste ferme

0
293
TCL TV

Le Chef de l’État du Cameroun n’en fait plus l’économie, tous ceux qui s’activent pour mettre le pays à feu et à sang seront purement traqués et la paix doit être de retour.

Yaoundé est très en colère! Face à la presse le 30 novembre dernier, Paul Biya s’est exprimé sur les dissensions en cours dans les régions anglophones  faisant savoir que  toutes les dispositions sont prises pour que la paix et sécurité reviennent au Cameroun suite à une série d’assassinats de policiers, gendarmes et de militaires avait fait 6 morts à Mamfé.

Le 19 décembre 2017, trois semaines environ plus tard, le Président Paul Biya réitère son engagement à maintenir le Cameroun en paix et en seul monceau, ce « Cameroun ⌈qui⌉ s’est longtemps enorgueilli d’être un havre de paix et de stabilité dans notre sous-région », s’en est-il rappelé dans son toast, à l’occasion du Déjeuner d’Etat offert en l’honneur de la Très Honorable Patricia SCOTLAND QC, Secrétaire Générale du Commonwealth.

« Au moment où nous pensions en avoir fini avec ⌈Boko Haram⌉, une agitation s’est manifestée, il y a environ un an, dans deux de nos régions, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest », regrette par la suite Paul BIYA.

« Elle a pris corps chez les avocats et les enseignants qui ont fait valoir des revendications d’ordre professionnel. Le gouvernement les a prises en considération et édicté des mesures pour leur donner satisfaction. Concurremment, il a créé une « Commission pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme ». Elle est chargée de proposer des solutions pour maintenir la paix, consolider notre unité nationale et renforcer notre volonté et notre pratique quotidienne du vivre-ensemble. Cette commission s’est mise immédiatement au travail.

C’est le moment qu’ont choisi des extrémistes pour attaquer et assassiner des membres des forces de l’ordre isolés, au nom d’une organisation terroriste se réclamant d’objectifs clairement sécessionnistes. », va-t-il expliquer avant de conclure:

« Garant des institutions, selon notre Constitution, et en particulier de l’unité nationale, il est de mon devoir de rétablir l’ordre et de punir les coupables de ces assassinats », martèle le Chef de l’Etat du Cameroun. « Je suis convaincu que l’immense majorité des Camerounais partage ce point de vue. C’est pourquoi je persisterai à rechercher des solutions de nature à conforter notre unité nationale.« 


© Source: Actu-plus.cm


Facebook Comments