Message à la Jeunesse: Paul BIYA et ses ordinateurs, face aux jeunes demain?

0
125

C’est une évidence, le Chef de l’Etat n’a pas apprécié la tournure des événements au tour de ses ordinateurs promis aux étudiants. Il va s’adresser à ses jeunes compatriotes le 10 février, à l’occasion de la fête nationale à eux consacrée dimanche prochain.  Après la feinte du 31 décembre dernier, le sujet est toujours à sa table…

La 52è édition de la fête nationale de la jeunesse se célèbre dimanche prochain. Mais la veille, samedi 10 février, la jeunesse du Cameroun a un rendez-vous d’occasion avec le Chef de l’Etat. Paul BIYA va s’adresser à eux, dans un message radiotélévisé à partir de 20h. Les jeunes, « fer de lance de la nation »; devront être situés, recadrés, sur ce qu’il leur est permis d’espérer et sur ce qu’ils doivent faire pour accompagner le Cameroun à l’émergence. Les promesses seront certainement au rendez-vous, mais avant tout, beaucoup de jeunes, des étudiants notamment, veulent voir clair, et en savoir un peu plus sur les ordinateurs à eux offerts et qui a trainé plusieurs personnalités dans la boue ces derniers mois.

Les ordinateurs à problèmes de Paul BIYA

Certains étudiants sont entrés en possession de leur machines, d’autres, la majorité, attendent encore. Mais déjà, que n’a-t-on pas entendu?

Tout commence le 10 février 2016, dans un message aux jeunes, lorsque le Chef de l’Etat prescrit « un plan spécial jeune ». Le 27 juillet de cette année, le ministre de l’enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo, signe à Yaoundé une convention avec la société chinoise Sichuan Telecom Construction Engeneering Co. Ltd. Ladite  convention est dénommée « e-national higher education », destinée à généraliser l’usage des TIC par les étudiants camerounais. Fame Ndongo explique à travers ce projet que Paul Biya a décidé de mettre en œuvre le projet « un étudiant un ordinateur » en accordant gratuitement un ordinateur portable à chaque étudiant inscrit dans une institution universitaire publique ou privée du Cameroun. « Il s’agit d’une opération présidentielle et ponctuelle ayant pour objectif de mettre à la disposition de 500 000 étudiants camerounais des outils informatiques appropriés pour leur arrimage à l’économie numérique universitaire », précise le minesup. L’incidence du projet 75 milliards de FCFA. Y compris, la construction des centres de développement du numérique universitaire ultra moderne dans les universités.

1 an après, Jacques Fame Ndongo, à la suite d’une audience accordée à Zhu Wenli, directeur général adjoint de la société chinoise en charge de fabriquer ces ordinateurs, annonce le 17 juillet 2017 le premier lot de machines pour fin décembre de la même année. A ce moment, l’arrivé des machine au Cameroun connait déjà trois reports: mars 2016, juillet 2016 et septembre 2016

Le 30 octobre 2017, le Ministre de l’Enseignement supérieur (MINESUP) signe une autre convention  avec Microsoft, pour s’assurer cette fois, de la fonctionnalité desdites machines. A partir de ce moment, de nombreux étudiants  qui ne digèrent pas qu’on en soit encore à ce niveau à cette date commencent à se lasser. Au menu, désespoir et critiques relatives aux lourdeurs et à la complexité des procédures.

«Les ordinateurs sont dans le bateau en direction du Cameroun. Les choses ont un peu traîné à cause des tracasseries administratives. Mais les machines vont arriver», déclare le Minesup pour rassurer.

Entre-temps, les procédures pour être bénéficiaires du don présidentiel s’avèrent  complexe avec l’introduction des enrôlements biométriques, hormis le paiement simple des droits universitaires fixés à 50 000 FCFA par étudiants. Au départ seuls étaient concernés les étudiants de l’année 2016-2017, puisque du temps a passé, ceux de l’année 2017-2018 sont déjà aussi en droit d’attendre leur manne présidentielle.

Fin décembre 2017, les ordinateurs sont là! C’est le début des scandales.

Les 26 et 27 décembre 2017, Fame Ndongo procède à la distribution à l’Université de Yaoundé I, des premières  unités des 500000 ordinateurs promis par le Chef de  l’Etat.

.(A lire: Fame Ndongo vante les PB Hev: « On ne peut pas trouver mieux ailleurs dans le monde »)

Les machines portent fièrement le nom du Chef de l’Etat. Elles sont de marque PB HEV (Paul Biya Higher Education Vision) dotées d’un processeur intel quad-core de vitesse  1,44 GHz ; d’une mémoire vive (RAM) de 2 Go, et de disque dur de 32 Go entre autres caractéristiques.

Les premiers bénéficiaires seront à l’origine d’une série de scandales. « J’ai reçu mon ordinateur des mains du ministre de l’Enseignement supérieur. Seulement, grande a été ma déception lorsque je me suis rendu compte qu’au vu de ses caractéristiques, cette machine ne me servira à rien d’autres que des saisies et des recherches sur Internet », explique un étudiant de l’Université de Yaoundé I pour critiquer la capacité du disque dur et le prix annoncé à 300 000 F CFA.

Les ordinateurs de Paul BIYA, sont critiqués, bradés et rejettes. La république est aux abois. Dans les réseaux sociaux c’est le principal sujet. Le minesup est dans la panique. Dans la foulée, un responsable du Ministère des enseignements supérieur monte au créneau sur les antennes de la télévision nationale (Crtv), pour tenter de justifier la robustesse des ordinateurs en question, malgré la petitesse de leur taille et leur mémoire interne.

« Les étudiants qui auront ces ordinateurs peuvent avoir Internet via Bluetooth, via le wifi ou encore par connexion filaire. Ces ordinateurs sont dotés de disques SSD qui sont ultra rapides. Ce sont les disques SSD de 32 gigas. Initialement, quand on va voir ça, on va dire que 32 gigas c’est petit. Mais, avec cette technologie, 32 gigas, ça fait 500 gigas dans l’ancienne technologie… », explique le Pr Roger Atsa Etoundi, Directeur des Systèmes d’information au Minesup sur la Crtv. En voulant sauver le bébé, il noie davanatage!

Le Pr Roger Atsa Etoundi du Minesup tourné en dérision sur les réseaux sociaux. L’on n’a du mal à comprendre que 32 Go = 500 Go.

A Etoudi, la pilule est amère à avaler. La tournure des évènements ne plait pas du tout. Fame Ndongo et ses collaborateurs jouent avec l’image du président.

Le 31 décembre 2017, Paul BIYA à la grande stupéfaction de tous, choisit de ne pas faire état de cette affaire dans son message de fin d’année à la nation. Les hommes politiques de l’opposition s’y mêlent. Pour Cabral Libii, candidat annoncé aux présidentielles pour le parti UNIVERS, l’absence de sujet dans le discours de Paul BIYA est un aveu de l’échec d’un coup politique manqué. Ce qui ferait davantage paniquer le Ministère de l’enseignement supérieur.

Le 4 janvier dernier, lors de la cérémonie de présentations de  Vœux au Palais de l’Unité, le Chef de l’Etat ne va pas cacher ses impression à « sa créature » Jacques Fame Ndongo. En dehors de la poignée de mains, celui-ci à son tour de passage de saluer le président va tenter de lui arracher le sourire et quelques mots. Peine perdue! Le patron de l’enseignement supérieur est carrément ignoré.

( A lire: Cameroun: Cérémonie de présentation des vœux : Paul Biya ignore sa créature Fame Ndongo)

Une fois encore, les réseaux sociaux vont tourner un responsable du minesup en dérision. Cette fois, c’est le ministre en personne à travers « Le Fame Ndongo Challenge ». 

( A lire: Cameroun – Vœux 2018: Le « Fame Ndongo challenge » lancé sur les réseaux sociaux )

A l’heure actuelle, plusieurs membres du gouvernement auraient maille à pâtir avec la justice. Les jeunes aimeraient donc que l’initiateur du don, le Chef de l’Etat, lui qui, visiblement n’a pas aimé la façon dont les choses se sont passées, en dise un mot demain. Après la feinte du 31 décembre dernier, le sujet est toujours à sa table…


© Source: Actu-Plus.cm, OLBIF


 

Facebook Comments