Cameroun: Adolphe Minkoa She (recteur de Yaoundé II – Soa), interdit de sortir du pays

0
48

Le recteur de l’université de Yaoundé 2 est épinglé par un message – porté de la Délégation Générale à la Sureté Nationale (DGSN) signé depuis le 19 mars 2018.

Dans le même document,  le Prof Magloire Ondoa le doyen de la faculté de sciences juridiques et politiques de la même université est également frappé. Jean Jacques Ndoudoumou l’ancien directeur général de l’Agence de régulation des marchés publics (Armp) ;  le Prof  Louis Max Ayina  Ohandja, ex- secrétaire d’Etat aux Travaux publics, et plusieurs autres personnes sont concernées par la note de la DGSN.

L’interdiction de sortir du pays sus visée, concerne pratiquement une vingtaine de personnes, dont Me Atou Lazare, Enow Agbor Enow Kenneth,  Abdoullahi Abba, Yakubu Musa, Ngono Fidèle Solange, Awono Eloundou Vincent de Paul Bertrand, Koe Jean Parfait, Mbida Réné Martin, Atangana Stanislas Victor, Mohamadou  Aminou, Amenguele Benjamin, Mfou’ou Jean Claude, Nang Mathurin, Fotso Carim Aubin, Maga Richard, Mimbe Paulette épouse Mvomo Ela, Aba’a Oyono Jean Calvin, Bombogo Alphonse, Mballa Elanga Edmond.

Rappelons que depuis le réaménagement du gouvernement et le conseil de ministériel des 2 et 15 mars derniers, il y a comme une réelle volonté d’assainir les rapports d’avec la fortune publique de la part du gouvernement. « Je voudrais vous réitérer, très fermement, mes instructions sur la nécessité d’une utilisation rationnelle des ressources publiques, la réduction du train de vie de l’Etat et la lutte contre la corruption. », a rappelé le Chef de l’Etat  Paul BIYA à ses ministres lors de sa communication spéciale, le 15 mars 2018. Depuis lors, « L’Epervier » plane comme jamais, au-dessus des têtes des anciens membres du gouvernement,  des dirigeants (encore en activité ou pas) d’entreprises et institutions publiques, bref, de tous ceux qui gèrent, ou qui ont géré la fortune publique.


©Source: Actu-Plus.cm


Facebook Comments