Grève des enseignants – Akere Muna: « Je demande la libération et sans condition des enseignants interpellés »

0
50

Pouvait-il en être autrement? L’opinion s’interroge. Me Akere Muna, l’homme politique sort de ses gonds et réagit fermement contre le régime de Paul BIYA au sujet de la « repression » dont les forces de maintien de l’ordre auraient fait usage pour barrer la route à un collectif d’enseignants qui avait lancé un mot d’ordre de grève à Yaoundé pour les 27 et 28 février derniers.

Dans un communiqué, l’ancien bâtonnier des avocats du Cameroun constate que « comme ce fut le cas avec les avocats et enseignants du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les autorités ont choisi de réprimer violemment la manifestation et interpeller plusiseurs centaines des enseignants qui aux dernières nouvelles ont été placés en garde à vue dans plusieurs commissariats de la ville (Yaoundé) ». Selon le communiqué, 489 enseignants auraient été mis en détention.

Pour Akere Muna, « ces arrestations démontrent que le gouvernement n’a pas su tirer les leçons de la crise anglophone dont la gestion repressive entraine des conséquence désastreuses ». « Je demande la libération et sans condition des enseignants interpellés », a-t-il exigé. « Je préconise qu’une plate-forme de dialogue soit mise en place pour apporter des solutions concrètes et définitives aux problèmes de nos enseignants », ajoute-t-il. 

L’homme politique qui est actuellement entrain d’affuter ses armes pour faire face à une éventuelle candidature de Paul BIYA à la prochaine élection présidentielle s’est surtout voulu clair. « Je suis du coté des enseignants », tranche-t-il.  » Je m’engage à travailler activement pour que leurs droits fondamentaux soit respectés », a-t-il conclu.

Ci-dessous l’Intégralité du communiqué:


© Source: Actu-Plus.cm


 

Facebook Comments