Affaire Atangana Kouna: L’abbé Dieudonné Alain Nkodo n’est pas à Kondengui

0
270
TCL TV

Dieudonné Alain Nkodo, que celui n’a jamais péché me jette la première pierre

Contrairement aux élucubrations véhiculées sur les réseaux sociaux, le vicaire de la paroisse du sanctuaire Sacré-Cœur de Mokolo à Yaoundé a regagné son presbytère, après un passage, mercredi en soirée, au Tpi du Mfoundi-Centre administratif.

Où se trouve l’abbé Dieudonné Alain Nkodo…Depuis hier, les réseaux sociaux perdent le nord. Des «Sabitou» font savoir sur la toile que l’homme d’Eglise a été déféré au célèbre pénitencier de la capitale. Sans en apporter la preuve. Mercredi jusqu’à 21h, l’abbé Dieudonné Alain Nkodo était encore chez le juge d’instruction du Tribunal de première instance (Tpi) Joël Mbias. Soutenu lui aussi par l’avocat Michel Atangana Ayissi qui faisait usage et du droit et du contexte politique, le prélat y aurait rencontré l’ex-ministre de l’Eau et de l’Énergie (Minee) Basile Atangana Kouna, Jean Paul Fouda Belinga et Bladi Adama, respectivement chauffeur et blanchisseur du premier cité.

Si les deux derniers ont rejoint leur patron derrière les barreaux après l’audition, il en a été tout autrement du vicaire du sanctuaire Sacré cœur de Mokolo qui a regagné son presbytère, bien tard dans la nuit. Libre, le prélat reste néanmoins disposition de la justice pour les besoins d’enquête. Laquelle porte sur les personnes impliquées dans la fuite présumée de l’ancien ministre. C’est dire si l’implication de l’abbé Dieudonné Alain Nkodo dans cette nébuleuse affaire continue de susciter des doutes. En effet, soupçonné d’avoir participé à la «fuite» de l’ancien Minee, le prélat a déjà donné sa version des faits, plusieurs fois à la police judiciaire, par rapport aux nombreux éléments supposés à charge contre lui. Face aux enquêteurs, il n’arrête pas de donner des informations qui pourraient bien le déculpabiliser. Ce qui fait qu’aujourd’hui, il n’est pas toujours prouvé que le berger de la Paroisse de Mokolo, dans le 2è arrondissement de Yaoundé, a troqué sa soutane en vêtement de facilitateur pour la disparition de l’ex-patron de l’Eau et de l’Énergie.

Arguments de défense.

Dans ce dossier, le conseil du ministre, chapeauté par le virtuose du barreau Michel Atangana Ayissi, avance des arguments qu’on dit bétonnés pour expliquer l’acte de son client. Dans les couloirs du tribunal, ils sont déjà nombreux, ces observateurs aguerris du monde du droit qui soutiennent qu’avec l’ancien secrétaire de l’Ordre des avocats, Me Michel Atangana Ayissi, il ne sera pas facile d’établir la culpabilité de Basile Atangana Kouna dans ce dossier. Vrai ou faux ? Dans tous les cas, la détermination du brillant et non moins éloquent avocat, à défendre son client n’aurait pas laissé de marbre le juge d’instruction. Si bien qu’aujourd’hui, renseignent des sources proches de l’affaire, le chef d’accusation a changé de nom.

Au Centre administratif, on ne parle donc plus de «fuite» de Basile Atangana Kouna, mais d’«émigration clandestine» comme chef d’accusation contre l’ancien Dg de la Cameroon water utilities corporation (Camwater). Du coup, entre le contenu des procès-verbaux d’auditions et les informations imprécises répandues çà et là pour polluer l’opinion nationale, voire internationale, il serait osé de deviner l’issue de cette affaire. Ce d’autant plus qu’au moment où les mauvaises langues parlent du milliard retrouvé sur M. Atangana Kouna tant pendant son interpellation au Nigéria qu’au Tribunal criminel spécial (Tcs), c’est plutôt des devises évalués à près de 10 millions de Fcfa qui ont été recensés et consignés. C’est dire que l’affaire Atangana Kouna garde encore tous ses mystères.

Avis donc à ceux qui envoient le digne fils de Mbalélon à la potence avant qu’il ne soit jugé !

Ondoa Mane Etenga


©Source: Info Matin  ⇒Via Actu-Plus.cm


 

Facebook Comments