Cameroun : Les sécessionnistes menacent de bombarder Yaoundé et Douala

0
119

Simple bravade d’un sécessionniste versant dans la surenchère verbale ? Ce n’est pas exclu. La menace n’en reste pas moins à prendre au sérieux, si l’on considère les précédentes menaces des séparatistes anglophones de s’en prendre à leur tour aux forces gouvernementales et aux représentants de l’administration camerounaise dans les régions anglophones pro-séparatistes, suite à la féroce répression de leurs familles.


Source: Sam Mayem, cameroonvoice


MOLA Wonja Wonja Mbua, c’est ainsi qu’il se présente, a publié dimanche sur les réseaux sociaux, un cinglant avertissement à l’intention non seulement du gouvernement camerounais, mais également des populations anglophones, au sujet de la fête nationale du Cameroun dont la 46ème édition sera célébré le 20 mai, en souvenir du référendum du 20 mai 1972 ayant consacré l’abolition de l’Etat fédéral au profit de l’Etat unitaire.

Selon ce monsieur qui représenterait un mouvement dénommé Southern Cameroon People Organisation (SCAPO, dénomination sans doute calquée sur la SWAPO de Sam Nujoma qui lutta du début des années 1970 à la fin des années 1980 pour l’indépendance de la Namibie), il doit être clair dans l’esprit de tous que la fête nationale encore appelée fête de l’Unité, est formellement abolie dans la république (virtuelle ?) d’Ambazonie.

Ce faisant donc, il met en garde tout anglophone qui prendra le risque de participer à cette célébration compte tenu du fait que la République du Cameroun et l’Ambazonie sont en guerre. Ceux qui outrepasseront cette recommandation le feront donc à leurs srisques et périls, puisque devant dès lors être considérés comme des traîtres.

S’adressant au gouvernement camerounais, il dit être informé du fait que celui-ci a récemment acquis des hélicoptères, prétendant les utiliser contre la secte islamiste Boko Haram, alors qu’ils sont en réalité destinés à la répression des anglophones. Mais, prévient-il, les anglophones auraient pris des dispositions identiques pour répliquer en cas de besoin, grâce à des hélicoptères qu’ils dissimuleraient quelque part dans le département de la Manyu (région du Sud-ouest).

Et d’avertir donc : si un villages anglophone est bombardé, en plus des exactions dont l’armée camerounaise s’est déjà rendu coupable dans cette zone, les hélicoptères des forces sécessionnistes n’hésiteront pas à porter dans les régions francophones, la guerre dans laquelle elles sont engagées avec les forces gouvernementales. MOLA Wonja Wonja Mbua a cité les deux principales villes du Cameroun, Douala et Yaoundé comme devant subir des bombardements séparatistes en représailles.
Naturellement, un hélicoptère n’ayant pas la taille d’une calculette que l’on peut dissimuler dans une poche, la nouvelle de la possession d’un ou plusieurs hélicoptères par les forces séparatistes semble peu sérieuse. Sans pour autant rien enlever à la peur des populations des régions francophones qui ne savent que trop bien les ravages de la guerre asymétrique.


NB: La photo de cet article n’est qu’une simple illustration

Facebook Comments