Ciment: Le Cameroun envisage de doubler sa production d’ici 2019

0
110

L’objectif est de répondre à une demande qui devrait croître de 10% chaque année. «Avec la mise en œuvre des grands projets et la poursuite de la réalisation des travaux préparatoires à la Can 2019, le marché national du ciment connaîtra une forte demande ».


Par Bell Josué


Les projections sont du ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat). Dans une note rendue public le 19 mai dernier, ce département ministériel estime en moyenne à 10% la croissance annuelle de cette demande.  En anticipation à cette hausse de la demande, certaines cimenteries ont entrepris des travaux en vue d’accroitre leurs capacités de production.

On apprend ainsi que la Cimencam, filiale de Lafarge Holcim, dans laquelle l’Etat du Cameroun détient des participations, envisage la construction d’une nouvelle cimenterie à Nomayos dans la banlieue de Yaoundé. D’une capacité de 500 000 tonnes, cette nouvelle installation pourrait être achevée en 2019 et portera la production de l’entreprise à 2 millions de tonnes. Le Nigérian Dangote a également entrepris la construction d’une nouvelle usine dans la capitale camerounaise. Elle devrait être d’une capacité de 1,5 million de tonnes et permettra donc à Dangote qui tient déjà une usine de production de 1,5 million de tonnes à Douala, de doubler ses capacités de production. Cimaf, filiale du marocain Addoha, envisage, pour sa part, d’étendre son usine de Douala. Avec cet investissement, les capacités de production de l’entreprise vont passer de 500 mille à 1,5 million de tonnes. Les travaux y relatifs pourraient être achevés en 2019.

Si tout se passe donc comme prévu, les capacités de production du ciment au Cameroun devraient passer de 3700 tonnes en 2017 à 6700 tonnes en 2019. Soit une augmentation de plus de 80 %. Cela devrait également entrainer une redistribution des cartes. Au coude à coude avec Dangote avec près de 41% de parts de marché, Cimencam sera devancée par le Nigérian qui devrait s’adjuger 45% de parts. La filiale de Lafarge Holcim se contentera alors de 30% de parts de marché. Ces deux entreprises seront Cimaf (22%) et Medcem (3%).

Le gouvernement qui dans sa vision stratégique, veut positionner le pays « comme une «plateforme de production et distribution du ciment dans la sous-région», encourage ses investissements en facilitant le climat des affaires. En 2017, le Cameroun a exporté 57 459 tonnes de ciment essentiellement destinés aux pays de la sous-région tels le Tchad, la République Centrafricaine et la Guinée Equatoriale. Le Cameroun est d’ailleurs un exportateur net de ciment. Car entre 2010 et 2017, le pays a par ailleurs réduit ses importations qui sont passées de 5,1 millions de tonnes en 2010 à 1282 tonnes en 2017. Ces importations proviennent essentiellement de la chine (75,6%) et de la Turquie (23,6%).


Facebook Comments