Économie: Cameroun, une terre d’opportunités

0
21

Un sous-sol plus que riche, un sol fertile, des surfaces aquatiques foisonnantes, des ressources forestières impressionnantes, un climat favorable à de multiples activités et surtout une volonté politique forte, voilà le tableau qui attend aujourd’hui les potentiels opérateurs économiques et investisseurs intéressés par le Cameroun.


Source: Cameroon-report, Bell Josué


Pour que ces marqueurs soient promoteurs, il aura fallu qu’en aval, un plan énergétique cohérent soit mis sur pied.

Onze grands projets miniers déjà bien engagés au Cameroun et pas des moindres. Les Américains de Géovic à Lomié pour le Cobalt et le Nickel, le Fer de Mbalam avec la structure camerouno-australienne Cam Iron, les Sud-africains de Caminco pour l’Or dans le Nord, les Chinois de Sinosteel pour le Fer de Kribi, l’Uranium, le Nickel et le Cobalt de Poli avec les Anglais de NU Energy, et bien d’autres chantiers précieux qui font du Cameroun un véritable trésor où gravitent des investisseurs venus du monde entier. Et très récemment, un inventaire a permis de mettre à jour 35 zones minières non encore exploitées et riches en produits aussi importants les uns que les autres, répartis sur l’ensemble du territoire national.

Avec l’annonce par la SNH et la société chinoise Addax Petroleum en 2012 de la découverte de 20 millions de barils d’huile et de 200 Milliards de pieds cubes de gaz, les potentialités économiques du Cameroun n’ont fait que croitre, projetant ce pays dans de bonnes perspectives. Malgré les caprices du marché international et des fluctuations désavantageuses des cours de matières premières, le fort potentiel que présente ce pays est absolument remarquable.

La diversité climatique qui induit la biodiversité n’est pas à négliger. Cette réalité géographique ouvre une pléiade de possibilité dans le domaine des énergies renouvelables. L’éolienne, le solaire ou photovoltaïque, et les autres sources alternatives d’énergie, n’attendent que des investisseurs pour relever un secteur quasiment inexploité mais pourtant précieux. Car il est évident, qu’il ne saurait exister un réel développement sans énergie.

L’industrialisation de l’agriculture est une source énorme de rentabilité, tant dans les emplois que ce secteur pourrait générer, lorsque l’on sait quelles sont les débouchés possibles dans la sous-région. Le Cameroun dispose de grandes surfaces de terres arables. Les consommations ciblées seraient d’abord le Nigéria avec ses 200 millions d’habitants. La partie Nord de ce pays souffre d’une sécheresse sévère, le Tchad et la RCA. En couplant alors les capacités industrielles minières à celles de l’agriculture, Le Cameroun a de quoi asseoir une croissance vertigineuse dans les prochains jours, surtout que le Paul Biya ayant compris depuis que l’enjeu énergétique était déterminant, s’est lancé dans un vaste programme de développement de cette source.


Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.