Extrême-Nord: Le BIR soigne près de 3000 patients à Kolofata

0
306
TCL TV

L’opération qui s’est déroulée du 24 au 26 mai, s’inscrit dans le cadre des actions civilo-militaires du BIR en zones de conflits.


Source: Cameroon-report, Marlyse Abeng


C’est un véritable soulagement pour les 2971 patients de diverses pathologies de la ville de Kolofata. Ils viennent en effet, de recevoir des soins gratuits du Bataillon d’intervention rapide (BIR). L’opération a été organisée du 24 au 26 mai 2018 et s’inscrit dans le cadre des actions civilo-militaires en faveur des populations meurtries par le phénomène de l’insécurité liée à Boko Haram dans la localité. En proie à l’insécurité du fait des attaques répétées de cette secte terroriste depuis quelques années, les populations de Kolofata et leurs environs n’en attendaient pas moins de l’armée qui a su rester à leurs côtés depuis le début du conflit. Les séances de consultation effectuées et des soins administrés constituent une bouffée d’oxygène à leurs peines. Pendant les trois jours de la campagne, les services de consultation générale et prénatales, l’ophtalmologie, la pédiatrie, la vaccination, la pharmacie, ont donc été inondés des patients désespérés et démunis.

Malgré les intempéries et les contraintes liées au ramadan, 685 patients se sont fait consulter pour le seul premier jour de l’opération. D’ailleurs, pour ces populations bénéficiaires, c’est une véritable aubaine par ces temps difficiles. « J’ai depuis quelques temps des problèmes des yeux. Je ne pouvais pas aller à l’hôpital n’ayant pas les moyens nécessaires. Dès que j’ai appris que le BIR organisait cette opération gratuitement, je n’ai pas hésité, je suis venu consulter. Dieu merci, c’est chose faite maintenant. On m’a consulté et m’ont prescrit les médicaments gratuitement. Donc, je rentre soulagé », a indiqué Mouktar Mohamed, qui souffre de la cataracte. Pour ce qui est des pathologies les plus fréquentes, l’on a enregistré en médecine générale des lombosciatalgies, des gastrites, des hernies inguinales ; en Pédiatrie les cas des gastroentérites aigües, des bronchopneumopathies, le paludisme. En gynécologie, ce sont les infections pelviennes qui ont été consultées alors qu’au service d’ophtalmologie, la Cataracte est la plus répandue. L’opération a également permis de révéler quelques cas particuliers. Notamment un cas de paralysie flasque aigue, quatre cas de rougeole, trois accouchements normaux, un myome utérin évacué vers Maroua pour prise en charge au compte du BIR, une interruption volontaire de grossesse complète, une hernie étranglée, une appendicite aigue.

D’après le Lieutenant-Colonel Alain Mvogo, médecin chef de l’opération Alpha du BIR, la campagne de santé militaire vise trois objectifs à savoir, améliorer les indicateurs de performance de santé publique auprès des populations victimes de l’insécurité de Boko Haram, rattraper les séances de vaccinations du Programme élargi de vaccination (PEV) et aussi dans le cadre de la poliomyélite. En plus, cette opération constitue une opportunité de resserrer le lien armée-nation et de raffermir le vivre-ensemble. L’opération qui s’est achevée le 26 mai a mobilisé 100 personnels médicaux dont, 30 militaires et 70 civils, conduits par 6 médecins généralistes, deux chirurgiens, un dermatologue, un gynécologue. Elle a été effectuée en collaboration avec la force multinationale mixte. Rappelons que la dernière opération du genre remonte à mai 2015.


Facebook Comments