Lutte contre le terrorisme: Les imams expriment leur soutien à Paul Biya

0
76

C’est à travers une conférence internationale sur la paix qu’ils organisent du 8 au 10 mai prochain à Yaoundé.


Source: Cameroon-report, Julienne Ngobo


L’écrasante majorité des Camerounais sont contre la division du Cameroun. Et la fête nationale du pays est justement le moment idéal de le manifester. La fête nationale se célèbre d’ailleurs depuis 1972, tous les 20 mai de chaque année. Et pour cause, ce jour-là, les Camerounais à plus de 99% on dit oui à «une République, unie et indivisible» dans le but,  «de consolider l’unité nationale et d’accélérer le développement économique, social et culturel de la nation». C’est dans ce sillage que s’inscrit la conférence internationale sur la paix qu’organise, du 08 au 10 mai 2018 à Yaoundé, le Conseil des imams et dignitaires musulmans du Cameroun (Cidimuc) à l’occasion de son 10e anniversaire. «Je dois d’abord souligner le contexte sécuritaire qui est le nôtre, notamment dans les régions de l’Extrême-Nord, de l’Est, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Par ailleurs, nous sommes à la veille du mois de Ramadan, et à quelques jours de la célébration de la fête de l’unité nationale. Au regard de tous ces éléments, nous pouvons dire que l’opportunité est établie afin que nous puissions réfléchir sur la sauvegarde de la paix», justifie Moussa Oumarou, coordonnateur du Cidimuc, dans une interview au quotidien Cameroon tribune, édition du 7 mai 2018.

Soutien à Paul Biya

A en croire Moussa Oumarou, l’objectif de cette conférence, placée sous le thème : «L’islam : la paix, l’unité nationale et le vivre ensemble», est d’apporter le soutien des organisateurs à Paul Biya. « Nous entendons exprimer le soutien à nos autorités, dans les efforts consentis dans la lutte contre les différentes attaques, précisément au chef de l’Etat, véritable artisan de la paix, qui apporte également son appui à la communauté musulmane. Nous voulons également saluer la bravoure des forces de défense et de sécurité qui sont sur tous les fronts, pour assurer l’intégrité du pays», indique-t-il. L’autre centre d’intérêt est de dénoncer l’idéologie des forces de déstabilisation et proposer des outils à même de la détruire. Car, explique les organisateurs, «si la guerre militaire permet d’éliminer les acteurs physiques de ces idéologies, il faut que les prédicateurs qui assistent les citoyens au quotidien, aient un discours plus efficace pour tuer les germes de ces idéologies malsaines». Pour cela, cette rencontre de trois jours mobilisera des imams venus des dix régions du Cameroun, mais aussi des experts des pays voisins et amis comme le Tchad, le Nigeria, le Burkina-Faso, entre autres.


Facebook Comments