Port de Kribi: Bilan des premiers mois de fonctionnement

0
27

Le volume de conteneurs chargés et déchargés oscille entre 15 000 et 20 000, tandis que sur le quai de Mboro, 28 navires marchands ont également accosté depuis le lancement de la phase opérationnelle.


Source: Cameroon-report, Bell Josué


Le nombre de conteneurs chargés et déchargés au terminal à conteneurs de Kribi s’est accru depuis mars 2018. D’après Philémon Mendo le DGA de  Kribi Container Terminal (KCT), ce volume qui oscille entre 15 000 et 20 000 containers, intègre les activités de « transbordements, d’imports et d’exports ». Sur la base des projections faites par le concessionnaire de ce terminal, le volume de conteneurs attendus au PAK devrait se situer entre 150 000 et 200 000 conteneurs, d’ici la fin de l’année. « Mais pour 2019, on va plafonner très vite. Car on sera dans les 350 000 conteneurs », ajoute Philémon Mendo. Sur le quai de Mboro, 28 navires marchands ont également accosté depuis le lancement de la phase opérationnelle du port en eau profonde de Kribi. Selon Patrice Melom, directeur général du Port autonome de Kribi (PAK), « Le nombre de bateaux marchands ne fait qu’augmenter. Nous sommes passés de 11 navires en mars 2018 à 17 navires en avril. Pour ce mois de mai 2018, ce sont en tout 23 navires qui vont accoster au Port de Kribi », explique-t-il. Le patron de la place portuaire de Kribi précise que « la moyenne sera d’un bateau par jour et de 30 par mois ».

Recettes publiques

Le port de Kribi devrait générer d’importantes recettes pour l’Etat, des opportunités de sous-traitance pour les PME locales et des emplois pour la jeunesse. « Je voudrais par exemple vous dire que le 2 mars 2018, quand nous avons signé la convention de mise en exploitation du terminal à conteneur, l’opérateur a payé la deuxième moitié du ticket d’entrée, qui est de 25 milliards de FCFA. C’est effectif. C’est aussi des recettes pour le port, pour le gouvernement, etc. », révèle le patron du port de Kribi, Patrice Melom. Du côté de l’administration douanière, les choses se mettent progressivement en place. « Nous sommes en train de travailler à élargir la capacité de traitement de l’ensemble du secteur des Douanes à d’autres opérations, et notamment celles de la mise à la consommation. Et je dois indiquer que depuis quelques semaines, nous avons assuré les premiers traitements des cargaisons en transit vers la RCA grâce au déploiement du programme Nexus de suivi par géolocalisation des cargaisons », explique Norbert Belinga, chef secteur des Douanes du Sud II.

Mais pour les prochains mois, le pari de la compétitivité constitue le principal challenge du Port autonome de Kribi, pense Patrice Melom. Pour lui, le défi consiste à « apporter des solutions satisfaisantes aux besoins de la clientèle », en commençant par la fluidité dans les opérations.


 

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.