10 artistes de 7 pays chantent le combat panafricain dans « 7 minutes contre le CFA »

0
242
Kamal Radji, Slammeur béninois

Prenant le relai du combat initié et mené par Kemi Seba, leader du front anti cfa et de l’ONG Urgences panafricanistes, dix (10) artistes de sept (07) pays ont chanté le combat panafricain dans un morceau intitulé « 7 minutes contre le CFA ».


Source: Benin Web Tv


Ils sont rappeurs et slammeurs, s’exprimant en langue locale du Sénégal (swolof), du Mali (bambara), en anglais et/ou en français. Décidés de prêter leur plume et voix à une cause commune : la souveraineté économique des pays francophones d’Afrique ; 10 artistes ont chanté la servitude du franc CFA. Initié par Amoul Bayi Records, « 7 minutes contre le CFA » est composé de dix couplets sur un instrumental Reggae/Hip Hop intercalés par un refrain de l’artiste Reggae Afro Folk chanté par la sénégalaise Daba.

« Plus de bla-bla, on veut plus du franc CFA, l’histoire est en marche et nul ne l’arrêtera. On n’en veut plus, on n’en peut plus, on en est plus que convaincus. Ce ne sont plus des murmures mais la clameur de la rue ! »  – Refrain de la chanson « 7 minutes contre le CFA ».

De sa voix profonde, c’est le slammeur et activiste panafricain béninois Kamal Radji qui a ouvert le morceau dans un texte menaçant où Franz Fanon ne manque pas d’être invoqué. Il a passé le flambeau au français Romeij Mc qui, à travers un texte tout en métaphores, fait prendre conscience de la réalité économique du franc CFA et de la politique française en Afrique.

Le Reggaeman ivoirien, Black Mojah, dans son couplet, a appelé les « Africains à briser les chaines de l’esclavage économique » dans une partie de chant rythmée et énergique. La rappeuse sénégalo-béninoise, Moona, avec verve et flow, a questionné le fait « de prétendre être libres avec la monnaie du colon »

Le sénégambien, Saah Karim, dans un flow en anglais, a rappelé qu’on peut tuer un révolutionnaire mais pas ses idées et que la nouvelle génération est prête à en découdre avec le néo colonialisme. A sa suite, le micro est passé au rappeur sénégalais, Nitt Doff qui a posé, dans un style dancehall, un texte militant sans compromis.

Par une voix rugissante en bambara, l’artiste reggae malien, Jah Moko, a appelé la « Génération Consciente » à libérer Farafina, la terre mère africaine. Elom 20ce, le rappeur militant togolais a, pour sa part, posé un texte au vitriol dans lequel il a témoigné de sa détermination à voir une Afrique libre et affranchie. « Cadenassez nos futurs, avalez les clés. On ouvrira vos ventres pour vous fouiller les viscères ». Le ton est donné !

Malgré la douceur de sa voix, c’est bien une déclaration de guerre contre le CFA et le système néocolonial qu’a chanté l’artiste sénégalo-française, Samayone, sur le morceau « 7 minutes contre le CFA » dont le clip est tourné à Dakar, Bamako, Lomé et Cotonou.

Facebook Comments