Crise anglophone: l’ONU dépêche des émissaires à Buéa

0
17

Michelle Evans et Antoine Gandonou Mounou sont en mission de prospection depuis le 30 mai dernier à Buea aux fins de rechercher des locaux à louer pour les bureaux et les résidences du personnel onusien en charge du suivi du plan d’urgence.


Source: intel2strat.com


Selon des sources sécuritaires camerounaises, Michelle Evans et Antoine Mounou auraient été reçu par les autorités administratives de la ville de Buea le 30 mai 2018 à 18h 05 mn. Ils auraient profité de cette rencontre pour signifier l’objet de leur présence, qui est en l’occurrence la recherche des résidences pour le personnel et des locaux administratifs. Ils auraient affirmé qu’ils sont nouvellement nommés respectivement aux postes de chef de bureau de la coordination des affaires humanitaires pour les régions de Nord-Ouest et du Sud-ouest et chargé des missions administratives et financières.

Personnels de l’ONU depuis plusieurs années, les deux personnalités ont été en service dans plusieurs pays africains nécessitant des plans de réponse d’urgence. Michelle Evans est consultante, spécialiste des questions humanitaires et de développement. Depuis 2014, elle a été coordonnatrice des affaires humanitaires tour à tour au Sud-Soudan (Mingkaman, Malaka et Bentiu), au Soudan (Darfour), au Swaziland et en Ethiopie. 

Membre du service de l’aide d’urgence volontaire d’Irlande, elle est réputée femme de terrain. Antoine Mounou a été pendant plusieurs années en service au bureau du Programme des Nations Unies pour le développement en République démocratique du Congo (Kinshasa) où il était en charge des affaires administratives et financières.

Répertorié comme personnel du système onusien au Cameroun, il est en service à Yaoundé depuis plusieurs mois. Interrogé par intel2strat à propos du plan d’urgence pour les deux régions, il a dit n’avoir pas été habilité par sa hiérarchie pour s’exprimer. En attendant l’entrée en vigueur du plan d’urgence, le gouvernement camerounais est à pied d’œuvre sur le terrain pour trouver des voies de sortie de crise. 

C’est dans cette perspective que la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du Multiculturalisme est à Bamenda depuis le 31 mai pour des audiences publiques en vue d’écouter et de recueillir les avis des populations sur la situation sociale et sécuritaire dans le Nord-Ouest.


Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.